RTBFPasser au contenu
Rechercher

Ebola en RDC: 2.050 morts dont 52 en huit jours

Une femme se fait prendre la température dans un centre de détection d'Ebola à Goma, en République Démocratique du Congo, le 16 juillet 2019
05 sept. 2019 à 17:23 - mise à jour 05 sept. 2019 à 17:23Temps de lecture1 min
Par AFP

L'épidémie d'Ebola poursuit sa progression dans l'est de la République démocratique du Congo avec 2.050 morts depuis sa déclaration le 1er août 2018 dont 52 rien qu'en huit jours, ont indiqué jeudi des sources sanitaires congolaises.

Le dernier bilan en date de mercredi fait état de 2.050 décès d'Ebola pour 3.049 cas, détaille le comité national multisectoriel de la riposte à la maladie à virus Ebola dans son bulletin quotidien.

Cela représente une progression de 52 décès par rapport au mardi 27 août et de 44 décès par rapport au mercredi 28 août, date à laquelle la barre des 2.000 morts avaient été franchie.

200.000 personnes vaccinées

Plus de 200.000 personnes ont été vaccinées au fil de cette dixième épidémie sur le sol congolais, de loin la plus grave. C'est la deuxième plus mortelle après celle qui a ravagé l'Afrique de l'Ouest en 2014 (Guinée, Liberia, Sierra Leone, 11.000 morts).

L'épidémie touche actuellement trois provinces de l'est de la RDC: le Nord-Kivu d'où elle est partie, l'Ituri et le Sud-Kivu. Elle a également touché l'Ouganda voisin.

La lutte contre l'épidémie est confrontée aux résistances d'une partie de la population mais aussi aux violences liées à l'activisme de nombreux groupes armées dans la région (130, selon les experts du Groupe d'études sur le Congo de l'Université de New York).

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a effectué le weekend dernier une visite de solidarité et de soutien aux populations de la région touchées par ces fléaux.

Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU était en visite dans le centre de traitement ebola de Beni, en RDC, ce 02 septembre (sonore en français)

RDC: Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU en visite dans le centre de traitement ebola de Beni (sonore en français)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement