Regions

Du miscanthus comme solution innovante pour améliorer la qualité de l’eau

A Houtain-le-Val, du miscanthus a été planté dans les champs bordant les stations de captage.

Du miscanthus a été planté en bordure des stations de captage pour empêcher les nitrates de s'infiltrer et ainsi éviter de multiplier les traitements chimiques par la suite. Ce type de plantation été mis en place par l'intercommunale InBW, notamment à Houtain-le-Val (près de Genappe), aux abords du point de captage des sources de la Dyle. 

Pourquoi le miscanthus ?

Parce que cette plante ne nécessite ni fertilisation, ni désherbage. Pas besoin donc de nitrate, ni de produits phytosanitaires. Et donc, en le plantant aux extrémités des champs proches du point de captage, on permet à l’eau de passer par une terre plus propre. Et de faire baisser sa teneur en nitrate et en produits phytosanitaires.

Le projet a débuté en 2020. Ses responsables ont déjà fait des évaluations de la qualité de l’eau au sein même des bandes de miscanthus. "On constate que les résidus en nitrate sont très faibles, explique Gilles Manssens, le coordinateur du projet ReWaQua, qui vise à protéger la qualité de l'eau. Ils sont même proches des quantités qui sont naturellement présentes. Globalement, la qualité de l’eau est tout à fait correcte." Pour un résultat plus global, il faudra évidemment encore attendre plusieurs années mais tout porte à croire que l’expérience sera concluante.

Intérêt multiple

Ce projet a été réalisé en collaboration avec les agriculteurs, qui possèdent les terres concernées. L’idée, maintenant, c’est que ce genre de protection se multiplie. Qui plus est, pour le prêt de leurs terres, les agriculteurs sont défrayés ; en comptant aussi sur la récolte du miscanthus qui peut ensuite être vendue.

Non seulement le miscanthus permettrait d'améliorer la qualité des sols - et donc de l'eau - mais aussi, il permettrait aux agriculteurs de le valoriser par la suite, à la récolte, comme paillage ou biocombustible.
Non seulement le miscanthus permettrait d'améliorer la qualité des sols - et donc de l'eau - mais aussi, il permettrait aux agriculteurs de le valoriser par la suite, à la récolte, comme paillage ou biocombustible. RTBF

"Le miscanthus peut être valorisé sous deux formes, poursuit notre interlocuteur. Soit comme paillage horticole : de plus en plus de communes voire de particuliers achètent ce genre de paillage en jardinerie. Soit comme biocombustible, dans des collectivités. Typiquement, le miscanthus produit ici alimentera la chaudière d’un home pour personnes âgées."

Enfin, à Houtain-le-Val, les bandes de miscanthus sont couplées à des mesures dites “agro-environnementales". A savoir la plantation d'herbe et de fleurs qui ne nécessitent pas non plus de traitement chimique et préservent également la qualité de l'eau. Pour ces plantations aussi les agriculteurs ont reçu des subventions.

Précisons enfin que ces deux types de plantation permettent aussi de ralentir le flux de l'eau et de favoriser son infiltration. Et donc, in fine, de lutter contre les inondations et les coulées de boue.

Du miscanthus comme solution innovante pour améliorer la qualité de l’eau

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Bla Bla : revoir sa chanson culte du "Cache-cache pub"

Le 6/8

Articles recommandés pour vous