RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Drame de Strépy-Bracquegnies : requalification des faits en meurtre pour une victime, sa famille réagit

Strépy-Bracquegnies : Les faits sont requalifiés

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 août 2022 à 15:00 - mise à jour 09 août 2022 à 07:11Temps de lecture2 min
Par Mélanie Joris & Martin Caulier

Vendredi, la Chambre du Conseil de Tournai a requalifié les faits en meurtre pour une des victimes du drame de Strépy-Bracquegnies. Conséquence : Paolo Falzone, le conducteur de la voiture qui a fauché les gilles et leurs accompagnateurs, risque aujourd’hui une peine plus lourde et un procès aux assises. Nous avons pu récolter la réaction de la famille de Frédéric D’Andrea, le gille pour lequel les faits ont été requalifiés en meurtre.

Une demi-victoire

Zélie est la fille de Frédéric D’Andrea, décédé le 20 mars. Ce jour-là, elle est sur place, elle a vu l’accident : "Il a continué sa route et a roulé sur des gens. C’était voulu donc c’est un meurtre, la requalification est à la hauteur des actes posés", estime-t-elle. Cette requalification n’est toutefois qu’une demi-victoire : "On aurait préféré que ce soit pour tout le monde et pas juste pour Fred", regrette Grégory, le frère de Frédéric D’Andrea.

Une demi-victoire qui est également prise avec prudence. L’enquête n’est pas terminée, la qualification des faits peut encore évoluer comme le souligne Grégory D’andrea : "On sait que les chefs d’inculpation peuvent encore être revus à la hausse ou à la baisse donc on reste prudents".

Un procès aux assises

La requalification en meurtre implique également un changement au niveau de la juridiction qui devra juger Paolo Falzone. Pour un meurtre, l’homme risque la cour d’assises. La famille D’Andrea attend ce moment pour une raison claire. "Je veux qu’il nous regarde dans les yeux et qu’il assume. Je veux qu’il nous voit et qu’il voit le mal qu’il a fait. Qu’il se dise que ce qu’il a fait, c’est grave", explique Zélie.

il devra enfin assumer ses actes devant tout le monde

Une position partagée par son oncle : "Moi, ce qui me plaît avec une cour d’assises, c’est qu’on va le voir contrairement au tribunal de police. Là, il devra assumer devant tout le monde alors que jusqu’à l’heure actuelle il n’a jamais rien assumé". Il ajoute : "Il devra affronter les enfants de Frédéric, son épouse et les autres victimes à qui il a fait du mal, des personnes qui ne seront plus jamais les mêmes".

L’autre conséquence de cette requalification en meurtre, c’est le quantum de peine qui augmente. Pour un homicide involontaire, Paolo Falzone risque de 3 mois à 5 ans de prison. Pour un meurtre, la peine maximale est de 30 ans de prison. Cependant, pour Grégory D’Andrea, la peine la plus appropriée serait le retrait de permis : "mon espoir, c’est qu’on lui retire son permis à vie. Je pense que c’est mission impossible, mais je serais heureux de savoir qu’il ne conduit plus jamais de sa vie. Parce que s’il prend 20 ans et que, dans 20 ans, il peut reconduire, j’aurai peur de laisser mes enfants sur les chemins".

En attendant la fin de l'enquête et un procès, Paolo Falzone reste en prison. La Chambre du Conseil de Tournai a prolongé sa détention préventive pour deux mois supplémentaires. 

Sur le même sujet

Strépy-Bracquegnies : comment surmonter sa colère face à un tel drame

OPFP

Drame de Strépy-Bracquegnies : un hommage national se tiendra samedi à La Louvière

Drame de Bracquegnies

Articles recommandés pour vous