Belgique

Drame de Strépy-Bracquegnies : le point sur ce que l'on sait ce lundi

Drame de Strépy-Bracquegnies : pas encore de mandat d'arrêt

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

21 mars 2022 à 05:08 - mise à jour 21 mars 2022 à 16:50Temps de lecture3 min
Par Anthony Roberfroid et Estelle De Houck

Au lendemain du drame ayant fait 6 morts et une dizaine de blessés, dont certains sont encore dans un état critique, l'enquête pour déterminer les circonstances exactes de cet incident sont toujours en cours. 

L'essentiel de l'information ce lundi : 

  • Le conducteur d'une voiture a foncé sur la foule qui se préparait aux festivités du carnaval à Strépy-Bracquegnies ce dimanche aux alentours de 5h du matin. Les Gilles procédaient alors au traditionnel ramassage (le moment où les Gilles vont de maison en maison pour récupérer leurs membres) de la société "Les boute en train". Le groupe se trouvait à ce moment-là dans la rue des Canadiens à proximité du Hall omnisports, et se dirigeait vers le centre ville.

  • Le bilan est lourd : 6 victimes sont décédées sur place, 10 victimes dans un état grave ont été transportées vers les différents hôpitaux de la région, 27 personnes sont blessées plus légèrement.

  • Les six personnes décédées s'appellent Frederic, Laure, Mario, Micaela, Salvatore et Frederic. Ils et elles étaient actifs dans la vie sportive et associative de leur région.

  • Les profils des deux personnes à l'intérieur du véhicule qui a foncé sur la foule se précisentActuellement privés de liberté, Paolo et Nino F., deux cousins nés respectivement en 1988 et 1990, sont tous deux originaires de La Louvière.  Ce dimanche, ils revenaient de boîte de nuitPaolo était au volant. 

  • Des tests toxicologiques ont été réalisés. Les premiers résultats font état de 0,29mg/ litre d’air alvéolaire expiré pour le chauffeur, Paolo F. La limite autorisée est de maximum 0,21 mg/litre d'air expiré. Notons qu'à partir de 0,22 mg et jusqu'à 0,35 mg on parle d'intoxication alcoolique légère, entrainant de légères sanctions. Le retrait de permis intervient au dessus de 0,35mg/litre d'air expiré.

  • L’audition du chauffeur Paolo est fixée est fixée à 22h ce lundi soir au palais de justice de Tournai, selon son avocat.

  • Le conducteur Paolo F. était connu de la justice. Il a été déchu du droit de conduire en 2017 avant de suivre et de réussir des examens de réintégration (pratique, théorique, médical et psychologique). "Aucun des deux n'a d'antécédents correctionnels" explique Damien Verheyen, substitut du procureur du roi de Mons.

  • D'après les premiers éléments retrouvés sur les profils des réseaux sociaux de Paolo F., l'homme est un amateur de voiture et de vitesse.

  • Le véhicule est seul en cause, affirme la porte-parole de la zone de police. Il n'y a pas eu de course-poursuite. Les forces de l'ordre sont arrivées après les faits. 
  • Une enquête est donc ouverte pour meurtre mais les faits pourraient être requalifiés d'homicide involontaire. Cela dépendra des résultats des tests sanguins puisque l'un d'eux a subi des examens toxicologiques pour détecter la présence de drogue ou d'alcool.

  • Rien ne permet donc de déterminer s'il s'agit d'un acte délibéré ou non. Mais la piste terroriste est pour l'instant écartée. "Des perquisitions ont été menées au domicile des deux suspects et aucun élément relatif à une quelconque radicalisation ou à un quelconque extrémisme n'a été découvert", précise le substitut du procureur du roi de Mons. 

  • Autre question à laquelle l'enquête devra répondre : pourquoi la voiture ne s'est-elle pas arrêtée alors qu'elle était équipée d'un système de freinage automatique ? "Ce sont des éléments qui devront être mis en lumière par l'expert roulage. Le véhicule a été saisi et a déjà été examiné par le laboratoire de la police judiciaire fédérale. Il y a probablement de nombreux devoirs d'enquête à devoir réaliser sur ce véhicule."

  • Le bourgmestre de La Louvière a invité les sociétés folkloriques à arrêter les festivités du carnaval. Un registre de condoléances est disponible à La Louvière pour les victimes.

  • Des moments de recueillement sont en discussion avec les organisateurs des prochains carnavals de la région, qui devraient quant à eux être maintenus. Une minute de silence pourrait aussi être décrétée au niveau national.

Sur le même sujet

Vincent Van Quickenborne (Open Vld) : "Je n’ai pas attendu ce drame de Strépy-Bracquegnies pour me battre pour la sécurité routière"

Politique

Paolo et Nino F., le conducteur et son cousin à l'origine du drame de Strépy-Bracquegnies

Drame de Bracquegnies

Articles recommandés pour vous