RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Drame de Strépy-Bracquegnies : "Ce film d'horreur tourne en boucle dans ma tête", témoignent les victimes traumatisées psychologiquement

Antonio Gava, échevin des travaux publics à La Louvière est légèrement blessé
21 mars 2022 à 18:06Temps de lecture1 min
Par Sofia Cotsoglou

"Ces corps sanglants et déchiquetés couchés par terre, les victimes qui grognent, qui crient et qui appellent au secours. Les images de ce film d'horreur tournent en boucle dans ma tête", explique en pleurs Alexia Gava.

Cette jeune femme de 23 ans est arrivée rue des Canadiens quelques minutes après le passage du conducteur qui a fauché le cortège pendant le ramassage des Gilles. Habituellement très ponctuelle, elle avait fait la fête la veille et ne s'est pas levée quand son réveil a sonné à 3h30 du matin. Elle a donc rejoint son papa Antonio Gava qui faisait le Gilles avec un peu de retard. 

Alexia Gava et son papa
Alexia Gava et son papa RTBF

Si ses blessures physiques passeront avec le temps, la souffrance psychologique est bien plus insidieuse

Antonio Gava doit s'appuyer sur des béquilles pour avancer.  Ses blessures sont légères et il ne s'inquiète pas trop. "Avec le temps, ça passera...", lance-t-il, philosophe.

L'homme est échevin des travaux publics à La Louvière et ce dimanche 20 mars 2022, il avait revêtit son beau costume de Gille. Privé de carnaval pendant deux ans à cause de la crise sanitaire, il se réjouissait de pouvoir à nouveau battre le pavé avec ses camarades au rythme saccadé des tambours. 

"Ca a été le carnaval de l'horreur alors que ça aurait dû être la liesse", déplore-t-il les yeux embués et la voix enrouée. 

Entouré d'une famille soutenante et d'amis très présents, il n'a pas encore demandé l'aide d'un.e psychologue. Mais il y songe...

Fabrice Helin, Gille blessé lors du drame de Strépy-Braquegnies : "Je suis marqué à vie... Jamais je n'oublierai!
Fabrice Helin, Gille blessé lors du drame de Strépy-Braquegnies : "Je suis marqué à vie... Jamais je n'oublierai! RTBF

Fabrice Helin, lui, souffre de plusieurs fractures, d'hématomes et de commotion. Mais le plus douloureux c’est d’accepter qu’il soit encore là alors que de nombreux amis et camarades sont décédés : "J'ai tout le temps envie de pleurer, je suis triste. Je pense à mes amis qui ne sont plus là, aux autres qui sont encore à l'hôpital".

Je suis marqué à vie... Je n'oublierai jamais!

Incapable de se lever, son médecin lui a prescrit au moins six semaines de convalescence. 

Si ses blessures physiques sont désormais pansées, reste le plus compliqué : soigner ses blessures psychologiques. 

Sur le même sujet

Hommage national aux victimes de Bracquegnies: "C'est notre devoir de ramasser le ramon brisé du carnaval et de lui rendre sa vigueur"

Drame de Bracquegnies

Drame de Strépy-Bracquegnies : l’humoriste Freddy Tougaux lance un appel au calme

Belgique

Articles recommandés pour vous