RTBFPasser au contenu

Societe

Dossier "Kazakhgate": le milliardaire belge George Forrest impliqué?

Dossier "Kazakhgate": le milliardaire belge George Forrest impliqué?
16 juin 2015 à 14:23 - mise à jour 17 juin 2015 à 05:203 min
Par Jean-François Noulet avec Ju. Vl.

C’est le site d’information français Mediapart qui l’affirme: Tracfin, l’office français anti-blanchiment, dépendant du ministère des Finances, s’interroge sur plusieurs virements, pour un montant total de 95 000 euros. Cet argent a été viré par l’homme d’affaires belge George Forrest au profit de Jean-François Etienne des Rosaies, un proche de Nicolas Sarkozy. Mediapart y voit un lien avec le dossier du Kazakhgate. George Forrest affirme, dans un communiqué, n’avoir rien à voir avec cette affaire.

Patokh Chodiev est un proche du président Kazahke Nazarbaïev. Ce dernier aurait demandé à la France d’intervenir pour aider Chodiev en échange, notamment, d’une importante commande d’hélicoptères français.

C’est à ce stade qu’est intervenu Jean-François Etienne des Rosaies. Il a piloté toute une équipe pour monter un plan de sauvetage, un plan complexe dans lequel on retrouve un cabinet d’avocat français qui s’appuie sur l’avocat belge de Patokh Chodiev, le sénateur MR Armand De Decker. Le plan aurait abouti au vote, par le parlement belge, d’un dispositif rendant possible la transaction financière, moyen permettant de payer une amende en échange de la fin des poursuites judiciaires. Un dispositif dont profitera Patokh Chodiev qui s’acquittera d’une amende de 23 millions d’euros.

Selon Jean-François Etienne des Rosaies, cité par Libération en octobre 2014, tout a été possible grâce au "soutien déterminant d’Armand De Decker, qui nous a apporté l’adhésion des ministres de la Justice, de la Défense et des Affaires étrangères. Et qui a engagé le vote de son parti libéral pour modifier la loi ". Armand De Decker était bien l’avocat de Patokh Chodiev mais il a formellement démenti être intervenu pour faire modifier la législation.

Après les 700 000 euros perçus par Armand De Decker, les 95 000 versé par George Forrest

Les honoraires d’avocats, 700 000 euros, perçus par Me De Decker ont déjà beaucoup fait parler d’eux.

La Justice française s’interroge toujours sur la destination exacte des millions d’euros versés par Patokh Chodiev au cabinet d’avocat français qui était à la manœuvre dans le dossier. Les enquêteurs cherchent à savoir si une partie de cet argent aurait servi à corrompre des politiques belges. Ils se demandent aussi si une partie de l’argent est ensuite revenu en France, sous forme de rétrocessions.

C’est dans ce contexte qu’apparaît le nom de George Forrest, cité le 15 juin dernier, par Mediapart. L’homme d’affaires belge est à la tête d’un groupe international actif, notamment, dans le secteur minier en Afrique. Selon Mediapart, George Forrest aurait versé 95 000 euros au profit de Jean-François Etienne des Rosaies. Selon l’avocat de Jean-François Etienne des Rosaies, contacté par Mediapart, il s’agit d’honoraires de M. Forrest et de son groupe pour les années 2013 et 2014, en toute légalité ". Selon cet avocat, Etienne des Rosaies aurait aidé George Forrest pour recruter un président pour sa fondation caritative et aurait contribué à la rédaction du dossier de demande d’anoblissement de l’homme d’affaire en Belgique. Il s’agirait donc d’affaires d’ordre privé.

George Forrest a réagi ce mardi par communiqué. Il déplore les informations publiées par Mediapart et y affirme que l’allégation, faite par Mediapart, selon laquelle il (George Forrest) aurait pu avoir mis " son influence au service de l’oligarque belge M. Patokh Chodiev " vise à insinuer qu’il (M. George Forrest) serait impliqué dans la procédure dite du " Kazakhgate " mais ne repose sur rien. George Forrest précise qu’il n’a jamais rencontré M. Patokh Chodiev et n’entretient avec lui aucune relation. Quant aux relations avec Jean-François Etienne de Rosaies, elles sont, écrit George Forrest, " exactes mais sans rapport avec la procédure précitée "

George Forrest rappelle encore que " la chronologie du Kazakhgate, 2010 et 2011, démontre que les honoraires de la société de M. des Rosaies n’ont strictement aucun lien avec cette affaire (…) comme en atteste la cause des 95.000 euros évoqués, versés en 2013 et 2014, ainsi que de nombreux documents "

Rien donc, à l’heure actuelle ne prouve quoi que ce soit. Contactée par nos soins, la Justice belge n’a pas fait de commentaires à faire à ce stade. Le parquet de Bruxelles rappelle, comme il l’a déjà fait le 28 février dernier, que l’affaire du " Kazakhgate " fait l’objet d’une " information judiciaire en cause de X ". En février, le parquet précisait que c’était le cas depuis 2013 et que l’enquête se faisait en France et que, jusqu’à présent, la France n’avait pas demandé d’entraide judiciaire à la Belgique.

Articles recommandés pour vous