Icône représentant un article video.

Moteurs

"Dormir moins longtemps mais plus souvent", "le problème, c’est de se réveiller" : la nuit, un piège parfait aux 24H de Spa

Immersion durant la nuit aux 24H de Spa

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les 24H de Spa-Francorchamps, un évènement aussi exceptionnel qu’exigeant. La prestigieuse course d’endurance, qui souffle sa 74e bougie en ce dernier week-end de juillet, c’est un savoureux mix entre vitesse, stratégie de course, précision… et récupération.

La gestion de la nuit est un élément crucial dans une course d’endurance. Un pilote fatigué et un manque de rythme en début de relais, à ce niveau de compétition, peuvent rapidement coûter de précieuses secondes aux prétendants à la victoire.

"On découvre pratiquement la nuit durant la course. On se base généralement sur l’expérience acquise par le passé et on visionne aussi des images embarquées. Ca permet d’identifier plus ou moins les points de freinage. Ce n’est pas un saut dans l’inconnu, mais oui, c’est particulier", nous confie Charles Weerts, pilote Audi. "En 2019, quand je roulais et que je voyais les feux d'artifice et les lumières des concerts, auxquels j'allais avec mes amis par le passé, je me disais qu'ils s'amusaient bien pendant que j'étais occupé à pousser à fond dans la voiture. La période d'adaptation n'est pas très grande donc ça va. On est concentré sur la course, ce n'est donc pas une grande distraction", sourit le jeune pilote belge de 21 ans.

"Il n’existe pas une préparation spécifique, à part peut-être faire les 25H VW Fun Cup trois semaines avant pour s’entrainer. Une partie de la qualification se déroule de nuit, ça permet une certaine adaptation. J’aime bien rouler la nuit. On a une autre ambiance dans la voiture, dans la pitlane et en piste. C’est une autre course la nuit finalement", ajoute Maxime Martin (Aston Martin).

"Certains pilotes aiment, d'autres moins, embraye Eric van de Poele, recordman de victoires aux 24H de Spa, qui adorait rouler durant la nuit. C'est peut-être un peu physique ou physiologique puisque certains pilotes ont peut-être des yeux plus adaptés à la nuit. Peut-être que l'âge et l'expérience ont une influence aussi. Il faut essayer de ne pas avoir trop de ventilation dans les yeux car ça peut plus les irriter que prévu. Il faut toujours essayer d'anticiper les problèmes. Reposer les yeux, c'est difficile."

Une douche bien chaude, une musique relaxante... le tour est joué

Des yeux qui ont parfois tendance à vouloir se reposer sans prévenir. "On a environ deux heures de sommeil entre les relais car on effectue des doubles relais. On roule donc deux heures chacun. Ce n'est pas toujours évident de trouver le sommeil avec le bruit, l'adrénaline et l'excitation. Je n'ai pas de rituel précis pour m'endormir car, de manière générale, je trouve assez facilement le sommeil. Une douche bien chaude et une musique relaxante... normalement, le tour est joué", poursuit Charles Weerts.

Et Eric van de Poele de compléter : "Le sommeil dépend aussi d'une personne à l'autre. J'ai la chance de pouvoir m'endormir assez rapidement. Même si on ne dort pas beaucoup, on se repose quand même bien entre les relais. Je parvenais à dormir environ une heure entre chaque relais. Quand je sortais de la voiture, j'effectuais un petit check avec les ingénieurs puis je prenais une douche. Ensuite je mangeais, je me préparais pour le prochain relais et j'allais dormir un peu. La clé je pense, c'est de dormir moins longtemps mais plus souvent. Chaque fois qu'on monte dans la voiture, il faut essayer d'être bien dès le premier tour."

"Au milieu de la nuit, quand on va se coucher, on trouve assez rapidement le sommeil car on est épuisé. Le problème, c’est surtout de se réveiller ! Certains relais sont chouettes la nuit. On essaie, c’est vrai, d’éviter celui de 2 à 4H car c’est le moment creux de la course. Je ne suis pas râleur si on me réveille, je reste assez cool. Avec trois enfants à la maison, j’ai l’habitude d’être réveillé au milieu de la nuit…", conclut Maxime Martin, avec le sourire, dans son box Aston Martin.

Suite et fin de l'épreuve spadoise en direct vidéo sur notre site.

24H de Spa : image d'illustration de la nuit /
24H de Spa : image d'illustration de la nuit / SRO

Articles recommandés pour vous