Regions Namur

Dons et logements disponibles : à Gembloux aussi la solidarité s’organise pour les Ukrainiens

Collecte de dons à Gembloux

© RTBF – Gregory Fobe

03 mars 2022 à 13:55Temps de lecture2 min
Par Anaïs Stas et Gregory Fobe

Dans le hall d’accueil de l’hôtel de ville de Gembloux les premiers dons arrivent. "On a pris du nécessaire pour les bébés (lingettes, langes, petits pots de purée) et aussi des vivres non périssable (pâtes, riz, maïs, des conserves, de l’eau)" décrit Elodie en apportant des sacs avec son fils et un ami. "On a fait quelques courses avec les enfants et on vient apporter notre pierre à l’édifice. C’est aussi pour les sensibiliser".

"Les Gembloutois répondent bien à l’appel lancé" explique Benoît Malisoux, coordinateur Planification d’Urgence de la Ville de Gembloux. "Les premiers dons arrivent. Il y a des lampes de poche qui sont fortement demandées par l’ambassade d’Ukraine, de la nourriture, de l’eau. On a aussi reçu des couvertures et des vêtements mais ça, il n’y en a plus besoin. L’ambassade en a déjà reçu suffisamment. Par contre, on recherche toujours des bouteilles d’eau en petits et grands formats, des médicaments, des éléments de premiers secours". Les dons peuvent être déposés à l’accueil de l’Hôtel de Ville de Gembloux, du lundi au vendredi entre 8h30 et 12h00 et 13h45 et 16h00. "On ne connaît pas la durée de la crise donc il n’y a pas pour l’instant de date limite pour apporter les dons". La section locale de la Croix-Rouge s’occupera du transport jusqu’à l’ambassade d’Ukraine à Bruxelles.

Benoît Malisoux, coordinateur Planification d’Urgence de la Ville de Gembloux
Benoît Malisoux, coordinateur Planification d’Urgence de la Ville de Gembloux © RTBF – Gregory Fobe

25 logements proposés en deux heures

La solidarité à Gembloux ne s’organise pas qu’autour de la récolte de dons, des habitants proposent également d’héberger des Ukrainiens. La commune de Gembloux, à l’image de beaucoup d’autres, a répondu à l’appel du fédéral pour recenser tous les hébergements potentiellement disponibles sur son territoire. "En deux petites heures ce matin on avait déjà 25 propositions de logements qui permettraient d’accueillir 60 à 70 réfugiés sur le territoire de la commune" détaille Benoît Malisoux. "Quelques informations sur le logement sont également demandées comme le type de bien (chambre ou bien à part), l’équipement, le nombre de couchages et les langues parlées (anglais, ukrainien etc.)"

La Gembloutoise Catherine Alix-Feron met potentiellement une chambre à disposition de réfugiés ukrainiens.
La Gembloutoise Christelle Servotte met potentiellement une chambre à disposition de réfugiés ukrainiens.

Dans les 25 propositions de logements reçues par la commune, deux émanent des Gembloutoises Christelle Servotte et Catherine-Alix Feron. Elles nous ont ouvert les portes de leur habitation pour nous expliquer leurs motivations. "C’est une chambre avec un lit double, un lavabo, un WC, un bureau, c’est une chambre d’amis qu’on voulait un peu douillette" détaille Christelle Servotte. "C’est tout ce qu’on a, ce qu’on peut offrir, mais c’est important pour nous comme on est chrétien d’apporter l’aide que l’on peut".

Catherine Alix-Feron propose également une chambre avec lit double dans sa maison. "Avec à côté un bureau où on peut ajouter un lit une personne. Il y a une cuisine. La localisation est pas mal car on est proche d’un arrêt de bus, il y a une gare à 3 km". La jeune femme entend honorer la mémoire de son grand-père. "Il y a plus ou moins 80 ans c’était mon grand-père alors petit garçon qui était sur les routes pour fuir les bombes sans savoir où aller. Aujourd’hui, le petit garçon est Ukrainien. Et puis je suis profondément démocrate et européenne donc je trouve que c’est important de se battre pour les gens qui ont les mêmes valeurs que nous".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous