Diables Rouges

Diables au pays de Galles, l’ouverture de Pierre Deprez : foutue 86e !

© Tous droits réservés

Foutue 86e minute, qui ruine le (très joli) but de Youri Tielemans, prive les Diables de deux points qui permettaient de revenir dans le sillage des Pays-Bas (eux aussi forcés au partage), stoppe le bel élan pris contre la Pologne et ramène des doutes voire du scepticisme autour de notre équipe nationale.

Foutue 86e minute qui ruine l’édito résolument positif que je m’apprêtais à écrire.

J’avais déjà sur le bout de la langue la formule "En ce week-end de Ducasse de Mons, ce n’est pas St Georges mais le Diable qui a terrassé le Dragon".

 

Le Dragon gallois n'avait pas ravalé son feu

 

Un Dragon que l’on pensait endormi parce qu’après 2 combats perdus il avait déjà renoncé à toute chance d’accéder à la phase finale de cette Ligue des Nations. Mais le feu en lui n’était pas du tout éteint. Ce sont d'abord ses fans qui donnent le ton, avec cet incroyable hymne national, à capella, infernal à entendre pour l’adversaire lorsqu’il est ainsi repris en incantation par tout un stade. Frissonnant. Et dans la foulée, les "Wales, Wales, Wales" roulent des tribunes dans les mollets des nôtres, déstabilisants.

La gestuelle de Roberto Martinez ne trompe pas : le sélectionneur est tendu. Comme la corde de l’arc avec lequel il rêve de décocher la flèche qui percera la cuirasse de la Bête C'est qu'il connaît les enjeux de l’affrontement en cours : préserver plusieurs cadres en les laissant souffler tout en assurant une victoire indispensable dans la course au Final Four. Mais il veut aussi prendre le risque de relancer Dedrick Boyata après son naufrage contre les Pays-Bas, aider Arthur Théate à devenir le successeur de Jan Vertonghen, confirmer que Leander Dendoncker est la solution d’avenir à la droite du trio défensif, titulariser pour une 3e fois consécutive un Kevin De Bruyne "anti-Nations-League" dont il a besoin mais dont il redoute une possible blessure, et enfin offrir une nouvelle opportunité à Michy Batshuayi de prouver qu’on n’a pas besoin de Christian Benteke comme substitut de Romelu Lukaku. Tout ça ! Alors Martinez coache ardemment, donne de la voix et du geste, porte sur le visage le masque de la nervosité.

 

Les cornes des Diables étaient moins pointues et leurs fourches émoussées

 

En première période, le Dragon sort les griffes, tente de mettre le feu dans l’antre du Diable, mais le gardien Koen Casteels n’est que peu inquiété. En face, Léandro Trossard loupe l’occasion d’infliger une première blessure au monstre aîlé conduit par Gareth Bale.

Comparé au combat contre les Polonais, celui face aux Gallois est moins convaincant : moins d’intensité dans les duels, marquage plus distant, moins de présence dans le camp d’en face, moins de vitesse d’exécution. C’est que entre ses ailes, ses pattes griffues, sa tête et sa queue, le Dragon de Cardiff laisse moins d’espace que l’Aigle de Varsovie.

Kevin De Bruyne en est frustré, il ne s’en cache pas, adressant à plusieurs reprises des reproches à ses équipiers. Ca ne tourne pas comme il veut. Et il espérait probablement pouvoir déposer les armes dès la mi-temps, avec une avance de deux coups mortels.

Alors, il redescend, bas, relance astucieusement Thomas Meunier. Et pour la première fois depuis 50' ça va vite : Meunier-Trossard-Batshuayi-Tielemans...0-1. Vif, limpide, précis, imparable.

 

Quelques belles avancées dans la bataille

 

Dans l'enthousiasme de ce but d'ouverture, les points positifs accourent à l'esprit: Youri poursuit donc sur sa lancée de son bon match contre la Pologne, Dedrick a retrouvé son assurance, Arthur confirme qu'on pourra bientôt construire sur lui, Leander nous rassure un peu sur l'avenir de la défense centrale, Thomas est en train de retrouver ses bonnes jambes, etc...

Lorsqu’Eden Hazard monte au jeu à 20' du terme, frais et en confiance, on se dit qu’il va porter l’estocade décisive au volatile rouge et vert. Hélas non. Notre Capitaine n’a que peu d’occasions de brandir son trident diabolique, parce que les vaillants Gallois sont partis à l’assaut de notre cage.

Et ce qui pouvait arriver arriva.

Foutue 86e !

Thorgan et Eden Hazard à la fin de la rencontre Pays de Galles - Belgique à Cardiff 11/06/2022
Thorgan et Eden Hazard à la fin de la rencontre Pays de Galles - Belgique à Cardiff 11/06/2022 © Tous droits réservés

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous