RTBFPasser au contenu

Economie

Dexia s'écroule: comment en est-on arrivé là?

Dexia s'écroule: comment en est-on arrivé là?
04 oct. 2011 à 13:482 min
Par Alain Lechien

Selon certains, Dexia sera la première banque européenne qui pourrait être victime de la crise de la dette. Si cette institution franco-belge est particulièrement exposée en raison d’un portefeuille comportant de trop nombreux actifs à risque, ses problèmes remontent déjà à l’année 2008, à l'époque de la crise des subprimes aux Etats-Unis. En deux jours, Dexia voit partir en fumée 2,2 milliards d'euros d'actifs. 

Le 30 septembre 2008, au lendemain d’une séance boursière au cours de laquelle le titre Dexia s’était effondré de 34,26%, les gouvernements français et ceux des trois pays du Benelux sauvent la banque de la faillite : 6,4 milliards d’euros d’argent public sont injectés dans le groupe, qui obtient la garantie d’Etat. En une semaine, des clients inquiets de Dexia ont retiré l'équivalent de 100 millions d'euros de leurs comptes. Quelques jours après, l'ex-Premier ministre belge Jean-Luc Dehaene est élu président du conseil d'administration de Dexia, et le Français Pierre Mariani, proche du président français Nicolas Sarkozy et membre du comité exécutif de BNP Paribas, en prend la direction exécutive. Les deux hommes remplacent respectivement Pierre Richard et Axel Miller.

En novembre 2008, la banque s’engage à réaliser 600 millions d’euros d’économies en trois ans.

Pression de l'Europe

Entre fin 2008 et fin 2010, le groupe se sépare d’un certain nombre de filiales. En mars 2009, Dexia annonce un plan de restructuration : 1500 emplois passent à la trappe. Mais l’Europe maintient la pression : en février 2010, la Commission impose à Dexia, d’ici à 2014, une réduction de 35% de son bilan par rapport à son niveau de 2008. Le groupe doit se replier sur ses marchés historiques (Belgique, France et Luxembourg). Par la suite, la Commission européenne tirera à plusieurs reprises la sonnette d’alarme : la restructuration est trop lente, selon elle.

Crise grecque

C’est donc une banque Dexia fragilisée qui est confrontée début 2011 à la crise européenne des dettes souveraines née en Grèce : malgré la réduction importante de son bilan, elle se finance toujours aussi difficilement. Son profil est considéré à risque : des actifs trop nombreux, trop de prêts à long terme pour trop peu de dépôts. Dexia est lourdement exposée à des pays comme la Grèce et l’Italie, et ses besoins en financement à court terme sont très importants, notamment pour prêter aux collectivités locales.

En juillet 2011, Dexia passe les stress-tests menés à l'échelon de l'Union européenne, il en ressort que le groupe n'a aucun besoin de levée de capital additionnel.

Avec l’aggravation de la crise grecque au début de cet été, la situation de Dexia est devenue encore plus critique, les agences de notation épinglant le groupe franco-belge. La chute du titre Dexia sur les marchés ces derniers jours a terriblement accru le problème de refinancement, au point qu’il est urgent d’agir.

A.L.

Les cours de bourse en direct

Dexia : Les scénarios envisagés

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dexia : Comment en est-on arrivé là ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous