RTBFPasser au contenu

Sous couverture

Deux premiers romans sublimés par leurs petites imperfections

Deux premiers romans sublimés par leurs petites imperfections
21 févr. 2020 à 09:001 min
Par Sous Couverture

Dans son sillage de Jessica Andrews aux éditions Plon

Lucy vit à Londres depuis des années mais descend d'une famille d'Irlandais de la classe ouvrière venue s'installer dans la capitale. La jeune femme décide un beau jour de remonter sur les traces de ses aînés pour mieux comprendre le fonctionnement de sa famille. Comment sa mère a-t-elle du prendre des décisions difficiles ? Pourquoi les hommes – habitués à travailler le métal – boivent-ils à longueur de journée ? Pourquoi la religion est-elle omniprésente ? Après la mort de son grand-père et une énième disparition de son paternel, elle décide de se réfugier dans le cottage irlandais familial.

Pour ce premier roman, Jessica Andrews s'intéresse à cette partie de la population si intéressante : la classe ouvrière irlandaise descendue à Londres. Ces gens que l'on voit à peine, dont on parle si peu. Entrecoupé de flash-backs, le récit retrace l'histoire d'une famille comme les autres. Aussi, l'ouvrage de Jessica Andrews est jonché de belles imperfections. Ce qui fait, de toute évidence, tout son charme.

Couverture de "Dans son sillage" de Jessica Andrews (Plon)

Kétamine de Zoé Sagan aux éditions Au Diable Vauvert

Les romans écrits sous kétamine doivent certainement exister. Celui-ci par exemple l'est d'une certaine manière. Il s'agit du premier roman écrit par une intelligence artificielle – Zoé - qui a décidé de prendre un peu de kétamine pour mieux s'infiltrer dans le cerveau des humains et se mettre dans leur peau. Un peu de drogue pour plus d'humanité et de spiritualité. Zoé est sur Terre pour nous sauver du réchauffement culturel et dénoncer les abus découlant de la publicité, du monde politique ou encore du cinéma. À terme, on ne sait plus ce que cette intelligence nous veut vraiment : nous sauver ou nous enfoncer davantage ? Mystère.

Parsemés de statuts Facebook cinglants et de pamphlets écrits au vitriol, ce roman est une curiosité. Une chose est sûre : Zoé s'attaque au pour-cent de la population privilégié mais fait partie des 99% qu'il reste. De toute évidence, ce n'est pas vous qui allez dévorer le livre, mais bien lui qui vous dévorera.

Couverture de "Kétamine" de Zoé Sagan (Au Diable Vauvert)

Articles recommandés pour vous