RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Deux Irano-Britanniques retenus en Iran depuis des années retrouvent la liberté

17 mars 2022 à 06:39Temps de lecture2 min
Par Belga

Après plusieurs années d'"enfer" en Iran, deux Irano-Britanniques condamnés à la prison pour des accusations qu’ils ont toujours niées, ont atterri au Royaume-Uni aux premières heures de la matinée de jeudi après leur libération la veille, épilogue heureux d’une longue et douloureuse saga.

"En parallèle" à la libération de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, 43 ans, et d’Anoosheh Ashoori, 67 ans, attendus très tard mercredi au Royaume-Uni, Londres a aussi annoncé avoir soldé avec Téhéran une vieille dette de 394 millions de livres (470 millions d’euros), sans établir de lien entre les deux affaires.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe et Anoosheh Ashoori ont atterri sur la base aérienne de la Royal Air Force de Brize Norton, dans le sud-ouest de l’Angleterre, à 01h08 (02h08 HB) après une escale à Oman.

Tous deux sont apparus détendus, souriant et saluant brièvement les caméras avant de se diriger vers l’intérieur.

Les images les montrent dans le cockpit en train de discuter avec les pilotes de leur avion, avant qu’ils ne débarquent et traversent le tarmac jusqu’au bâtiment principal de l’aéroport, où leurs familles les attendaient.

"Ravi que Nazanin et Anoosheh aient atterri en toute sécurité au Royaume-Uni et soient réunis avec leurs familles et leurs proches", a tweeté la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss. "Bienvenue à la maison".

S’adressant au Parlement plus tard mercredi, Mme Truss a déclaré : "Les agonies endurées par Nazanin, Anoosheh, Morad et leurs familles ne doivent plus jamais se reproduire".

C’est "un grand soulagement […] qu’elle revienne à la maison", a déclaré à l’AFP son mari Richard Ratcliffe, qui se battait depuis des années pour sa libération et avait mené deux grèves de la faim pour attirer l’attention sur son sort.

"Nous pouvons recommencer à être une famille normale", a-t-il ajouté devant son domicile londonien, leur fille à ses côtés.

Le cas de Nazanin Zaghari-Ratcliffe avait vivement ému au Royaume-Uni.

Cette employée de la Fondation Thomson Reuters, bras philanthropique de l’agence de presse éponyme, avait été arrêtée en avril 2016 après avoir rendu visite à sa famille avec sa fille de 22 mois.

Accusée de complot pour renverser la République islamique, elle avait été d’abord condamnée à cinq ans de prison.

Anoosheh Ashoori, ingénieur à la retraite, avait lui été arrêté en août 2017 alors qu’il rendait visite à sa mère et été condamné à 10 ans de prison pour espionnage en faveur d’Israël. Il a été libéré "en raison de son âge avancé et de sa condition physique", selon les autorités iraniennes.

Sa famille a dit être "ravie" de le retrouver au terme de 1672 jours de détention.

Alors que Téhéran retient plus d’une douzaine de détenteurs de passeports occidentaux, Londres a indiqué continuer à œuvrer au départ d’Iran de Morad Tahbaz, un Irano-Américain ayant également la nationalité britannique, condamné à 10 ans de prison pour "conspiration avec l’Amérique". Selon Liz Truss, il a bénéficié mercredi d’une libération conditionnelle.

Sur le même sujet

L'Iran annonce l'arrestation de deux "Européens", venus pour "déstabiliser le pays"

Monde

Norouz, la fête de Nouvel an perse, symbole millénaire du renouveau

Monde

Articles recommandés pour vous