Regions Hainaut

Détournement au CPAS de Tournai: un préjudice de quatre millions d'euros?

Détournement au CPAS de Tournai: un préjudice de quatre millions d'euros?
30 mars 2016 à 05:38 - mise à jour 30 mars 2016 à 11:10Temps de lecture3 min
Par Charlotte Legrand, Vincent Clérin

Si le détournement au CPAS de Tournai revient au-devant de l’actualité, c’est suite à cette nouvelle affaire révélée au sein de la commune de Gerpinnes et à l'Office wallon des déchets.

Dans ses éditions, "Le Courrier de l’Escaut" revient sur la fraude au CPAS de Tournai et révèle que le détournement, initialement évalué à deux millions d'euros en juin 2015, atteindrait finalement les quatre millions d'euros. La direction du CPAS s'étonne que des chiffres soient divulgués, alors que l'enquête est en cours.

Quatre millions d'euros

Un chiffre que nous confirme Jean-François Letulle (Ecolo), Conseiller d’Action Sociale au CPAS de Tournai. "Il semblerait qu’on soit effectivement bien au-delà des sommes initialement avancées. De sources relativement crédibles et concomitantes, il me revient que le montant atteindrait même le double du montant annoncé au début qui était de deux millions d’euros".

 Quelques jours après la découverte des faits, la directrice financière de l'institution, soupçonnée du détournement, avait mis fin à ses jours. L'instruction ouverte au sein du parquet de Mons-Tournai est toujours en cours.

Comment de tels montants peuvent-ils se volatiliser dans une institution publique dont les budgets sont a priori très contrôlés? Ce n’est pas si simple, explique Jean-François Letulle. " Le CPAS et la ville constituent deux entités juridiques distinctes. Il y a donc ce réflexe de fonctionner de manière relativement autonome. Maintenant, l’autorité de tutelle d’un directeur financier, c’est le bureau, le bureau du CPAS dont je fais partie. Mais j’ai beau être universitaire, je le dis en toute humilité, mes compétences ne me permettent pas de contrôler avec efficacité les actions d’un directeur financier ! Parce que c’est un poste relativement technique".

Après le bureau, la seconde entité de tutelle, c’est la ville. "Mais la ville ne fait que statuer sur le budget, sur les comptes, sur le cadre du personnel, il n’y pas vraiment de contrôle des deniers publics gérés par le CPAS", affirme le conseiller du CPAS écolo.

Le cdH a demandé un audit

Depuis les faits, un nouveau directeur financier a été nommé et il aurait relevé de nombreux dysfonctionnements. Par contre, l'audit réclamé par l'opposition Cdh n'a pas encore vu le jour.

"Mon parti réclame à cor et à cri un audit, et ce depuis plusieurs années, souligne le Conseiller CPAS François Schillings (cdH). Tant au Conseil Communal qu’au Conseil de l’Action sociale, cette demande est bottée en touche et refusée catégoriquemen par la majorité PS-MR de Tournai. C’est d’ailleurs à se demander s’ils n’ont pas quelque chose à cacher, parce que refuser systématiquement une demande d’audit dans la situation globale de l’institution c’est un comportement totalement incompréhensible!".

Pour lui, il est nécessaire de "remettre à plat" l’ensemble des règles et des modes de fonctionnement qui existent dans les institutions comme le CPAS de Tournai pour éviter la répétition de ce genre de scénario.

"L'ensemble du personnel aurait pu être sauvé"

Quant à Pascal Douliez, le délégué permanent CGSP, sa réaction est simple. "Le CPAS a licencié 38 personnes en 2015. Et depuis 2012 l'institution a dû se séparer de cent personnes. Si on parle bien d'une fraude de quatre millions d’euros, alors nous aurions pu sauver l’ensemble du personnel! Si vous tenez compte du fait qu’un travailleur lambda revient à 40 000€ l’année, vous divisez le montant détourné par 40 000 et vous obtenez le nombre de travailleurs que cela peut représenter".

Ces affaires de détournements d'argent public et l'absence de contrôle sur les fonctionnaires ont fait l’objet de questions du député écologiste Stéphane Hazée au ministre des Pouvoirs locaux Paul Furlan (PS). La réponse devrait parvenir fin avril.

La réaction du CPAS: "étonnement et incompréhension"

Nous avons pu joindre la présidente du CPAS de Tournai, Rita Leclercq. "Je n'ai pas du tout eu connaissance de tels montants. Et je ne comprends pas comment on peut parler, aujourd'hui, de quatre millions d'euros. Une instruction est en cours, et qui dit instruction dit secret de l'instruction..." Pour s'assurer qu'aucun chiffre n'avait été divulgué en conseil de CPAS, Rita Leclercq est allée relire tous les derniers PV. "Jamais nous n'avons parlé de cela". Elle ajoute qu'elle trouve "dommage que ces déclarations surgissent maintenant, dans la situation de détresse que vit la Belgique, actuellement". Mais après les affaires de Gerpinnes, de l'Office wallon des déchets, n'est-il pas normal d'appeler à plus de "garde-fous"? "Mais nous ne restons pas sans rien faire, nous avons engagé un nouveau directeur financier, nous avons mis une task force en route au CPAS, et je suis impatiente d'avoir des résultats!".