RTBFPasser au contenu

Régions Brabant wallon

Des vétérinaires urgentistes vont aider les services de secours brabançons lors des interventions impliquant des animaux

Gilles Mahieu, gouverneur du Brabant wallon, entouré par le groupement des VUSC, les vétérinaires d'urgence.

Des vétérinaires spécialement formés aux situations d’urgence pourront désormais intervenir aux côtés des pompiers et des policiers du Brabant wallon. Ce mardi, le gouverneur de la province a signé une convention avec les VUSC, les Vétérinaires urgentistes Secours et Catastrophe. C’est une première en Belgique.

Les services de secours sont régulièrement confrontés à des situations de crise impliquant des animaux: incendie d’une étable, accident d’une bétaillère, animaux tombés dans une fosse, embourbés ou carrément emportés par des inondations. Dans ces circonstances, l’appui d’une équipe de vétérinaires peut s’avérer très utile.

"Quand on intervient, les animaux sont toujours très nerveux, parfois blessés, ce qui rend notre travail très compliqué, explique le caporal Benoît Degand, de la caserne des pompiers de Wavre. L’intervention d’un vétérinaire est souvent nécessaire pour calmer ou sédater l’animal, pour qu’il soit manipulable. Et surtout, pour qu’il ne donne pas un coup. Imaginez un cheval qui donne un coup de sabot, si on le prend dans la figure, ça peut être létal. L’intervention du vétérinaire est donc primordiale pour assurer notre sécurité."

150 heures de formation pour les vétérinaires

Des vétérinaires qui interviennent à la demande de services de secours, ça existe déjà. La différence en Brabant wallon, c’est que pompiers et policiers pourront faire appel aux VUSC. Il s’agit d’un groupement de vétérinaires ayant suivi une formation spécifique à l’Université de Liège, ainsi qu’à l’Ecole du Feu et à l’Ecole de Police de Namur: 150 heures de cours théoriques et pratiques qui débouchent sur une certification.

"Il y a dix ans, avec mon collègue Thomas Degand, qui est aujourd’hui décédé malheureusement, nous avions imaginé cette formation de vétérinaire un peu secouriste tous terrains, explique le professeur Hugues Guyot, vétérinaire à l’Université de Liège et cheville ouvrière du projet. Pour cela, il fallait des compétences complémentaires acquises lors d’un certificat d’université que nous avons créé. Policiers et pompiers nous ont aussi enseigné différentes choses pour pouvoir mieux communiquer avec eux, pour ne pas se mettre en danger inutilement. Et si on doit aller dans des zones de danger, savoir comment se protéger, se prémunir et quels bons gestes poser."

La chasuble bleue des VUSC, les vétérinaires d'urgence.
La chasuble bleue des VUSC, les vétérinaires d'urgence. Hugues Van Peel - RTBF

Une formation unique en son genre

Cette formation patiemment mise au point est unique en son genre en Europe et a déjà séduit plusieurs vétérinaires français et luxembourgeois notamment. En Wallonie, une vingtaine de vétérinaires sont à présent formés et opérationnels. Douze d’entre eux sont susceptibles d’intervenir en Brabant wallon, c’est un début.

"L’intérêt de ce partenariat, c’est de pouvoir travailler ensemble sur de multiples situations, se réjouit Gilles Mahieu, gouverneur du Brabant wallon. Imaginons une situation où on doit évacuer une grosse partie de la population. On sait que la population n’accepte de partir que si on prend les animaux de compagnie avec soi. Mais après, il faut s’occuper de ces animaux qui sont parfois choqués. Et donc les vétérinaires peuvent aussi avoir un rôle rassurant. Ca a été le cas lors des inondations à Liège. Les vétérinaires urgentistes ont pris soin des animaux de compagnie des personnes qui étaient hébergées dans des centres d’accueil."

Inclure les vétérinaires dans les dispositifs d’urgence va donc devenir la norme. Grace à la formation, vétérinaires et services de secours vont collaborer plus efficacement, sans se marcher sur les pieds et en n’oubliant personne, ni les hommes, ni les animaux.

Articles recommandés pour vous