RTBFPasser au contenu

Journal du classique

Des œuvres attribuées à Mozart auraient-elles été composées par sa sœur, Maria Anna ?

Des œuvres attribuées à Mozart auraient-elles été composées par sa sœur, Maria Anna ?
12 janv. 2022 à 14:533 min
Par Céline Dekock

Selon un musicologue et ancien chef d’orchestre australien, certains des concertos pour violon attribués à Wolfgang Amadeus Mozart ont, en réalité, été composés par sa sœur aînée, Maria Anna Mozart, surnommée Nannerl. Une thèse qui suscite des questionnements dans le monde musical. 

Wolfgang ou Maria Anna ?

Maria Anna Walburga Ignatia Mozart aux côtés de son frère

Est-ce que, parmi les cinq concertos pour violon de Mozart, certains ont été composés par la sœur de ce dernier ? C’est en tout cas la thèse que soutient Martin Jarvis, violoniste, chef d’orchestre et professeur à l’Université Charles Darwin en Australie. Selon lui,

Jarvis étudie depuis de nombreuses années les manuscrits des concerts pour violon de Mozart et de cette étude approfondie, il a remarqué une particularité au niveau de la signature de ces cinq concertos. En effet, trois des cinq concertos portent la signature de "Wolfgang Amadeus Mozart", tandis que les deux autres sont signés "Amadeus Wolfgang Mozart". De plus, souligne Jarvis, l’écriture de la signature de ces deux concertos diffère de celle des trois autres.

Lors d’une interview donnée au sujet de cette théorie, Martin Jarvis ajouter, pour appuyer sa thèse, que "nous savons que Maria Anna composait de la musique, car dans certaines de ses lettres, Mozart la complimentait à ce sujet." L’universitaire australien avance l’hypothèse que Maria Anna ait, volontairement, signé ces deux concertos du nom de son frère, afin d’éviter les préjugés de l’époque sur les femmes compositrices : "Elle pourrait s’être volontairement mise en retrait, compte tenu de la valeur des manuscrits de son frère."

Véritable découverte ou coup de pub ?

Est-ce des preuves suffisantes pour affirmer avec certitude que Maria Anna Mozart est bel et bien l’auteure de ces deux concertos pour violon ? Nombreux sont ceux qui préfèrent rester prudents et tempérer les propos de Martin Jarvis. Aliette de Laleu, chroniqueuse chez nos collègues de France Musique et auteure d’un roman à paraître en février intitulé Mozart était une femme, consacré aux compositrices, se veut beaucoup plus modérée. Interrogée par France Musique, elle rappelle que ce n’est pas la première fois que Martin Jarvis avance une théorie de ce genre. En effet, dans une étude défendue en 2011, Martin Jarvis a affirmé que, d’après des études graphologiques, certaines œuvres de Jean-Sébastien Bach, auraient été écrites en réalité par sa seconde épouse, la cantatrice Anna-Magdalena. "C’est son créneau : il essaie de trouver des liens, mais ça peut être un peu bancal, je n’étais pas complètement convaincue en lisant son livre", a déclaré Aliette de Laleu.

Maria Anna Mozart, grande virtuose

Si aucune des compositions de Maria Anna n’est parvenue jusqu’à nous, il est certain que la jeune femme était dotée d’un formidable talent de musicienne. Formée au clavecin dès l’âge de sept ans par son père, le violoniste Léopold Mozart, Maria Anna est une grande interprète et son talent est salué dans toute l’Europe. Le jeune Wolfgang, alors très proche de sa sœur, éprouve une grande admiration pour elle. S’intéressant aux leçons de sa sœur, Wolfgang fera très vite preuve de sa grande virtuosité.

Wolfgang Amadeus Mozart et sa sœur, Maria Anna Mozart, jouent pour l’impératrice Maria Theresa, gravure d’August Borckmann
Wolfgang Amadeus Mozart et sa sœur, Maria Anna Mozart, jouent pour l’impératrice Maria Theresa, gravure d’August Borckmann powerofforever / Getty Images

Léopold Mozart emmènera ses deux enfants prodiges aux quatre coins de l’Europe afin qu’ils se produisent en récital. "Elle était là au moment où il a composé sa première symphonie. Ils allaient jouer un peu partout tous les deux, elle a vu son frère composer, ça m’étonnerait qu’elle soit restée complètement passive", explique Aliette de Laleu.

Considérée comme l’une des plus grandes interprètes de son temps, Maria Anna est pourtant contrainte à l’âge de 18 ans de mettre de côté ses ambitions de musicienne et de compositrice, au profit de son frère. Léopold Mozart se consacre alors exclusivement à la mise en lumière du travail de Wolfgang et à la construction de sa carrière.

Articles recommandés pour vous