RTBFPasser au contenu

Regions Bruxelles

Des trottinettes électriques qui montent à… 109 km/h saisies par la police bruxelloise

Trottinette électrique qui atteint les 74 km/h à Uccle

Trottinette électrique qui atteint les 74 km/h à Uccle

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Des saisies pas tout à fait ordinaires pour une zone de police bruxelloise. En un mois, la zone d’Uccle, Watermael-Boitsfort et Auderghem a saisi six trottinettes et monoroues qui roulaient beaucoup trop vite. Une fois testée sur le rouleau de la police, l’une de ces trottinettes peut même atteindre pas moins de 109 km/h !
Les propriétaires profitent en fait de la loi qui reste encore floue chez nous sur ces nouveaux modes de déplacements.
 

Des trottinettes à débrider soi-même

Dans ce magasin de vélo et trottinettes à Uccle, le patron Thierry Vanderhoeven assure ne vendre que des trottinettes qui respectent la loi, c’est-à-dire des engins qui ne peuvent dépasser la vitesse de 25 km/h. "Les trottinettes que je vends ici sont bridées. Leur moteur est plus puissant et peut permettre de rouler plus vite. Mais elles sont justement bridées pour éviter cela. C’est notamment un problème de sécurité. En cas de soucis, à 25 km/h, vous pouvez toujours laisser l’engin aller et sauter sur le côté sans vous faire mal. A une vitesse plus élevée, c’est nettement plus compliqué".

Problème, Thierry Vanderhoeven ne contrôle pas ce que ses clients front avec l’engin une fois qu’ils sont sortis de sa boutique. "Oui, qui dit moteur bridé, dit aussi possibilité de la débrider. Les gens regardent de vidéos qui expliquent comment on peut le faire sur internet et ils arrivent à rouler plus vite. C’est un peu comme on faisait avec les scooters et les mobylettes il y a quelques années. Mais je déconseille absolument aux clients de le faire".

Le porte-parole de la zone de police d'Uccle Laurent Masset à côté de l'un de ces "monstres" qui peut monter à près de 100 km/h
Le porte-parole de la zone de police d'Uccle Laurent Masset à côté de l'un de ces "monstres" qui peut monter à près de 100 km/h B. Schmitz - RTBF

Le flou en Belgique

Des conducteurs de trottinettes débridées, la zone de police d’Uccle en a arrêté plusieurs ces derniers mois. "Ils sont alors verbalisés pour excès de vitesse et le véhicule est saisi", explique le porte-parole Laurent Masset. Mais faute de loi adaptée, ces propriétaires peuvent toujours potentiellement venir récupérer leur engin. "Si le propriétaire décide de revenir au modèle initial bridé et donc de réadapter sa trottinette, il peut venir la récupérer dans nos locaux".

Et puis, il y a les autres trottinettes, celle que la police d’Uccle qualifie un peu de "monstres". "Ce sont des modèles conçus directement avec un moteur pouvant dépasser les 25 km/h et qui sont vendues avec cet argument commercial. Ils ne sont pas du tout bridés. Certains sont proposés par le fabricant avec une vitesse potentielle promise de 100 km/h", explique Laurent Masset.

Des véhicules qui, sur les routes bruxelloises, sont illégaux… parce que la plupart n’ont pas l’assurance obligatoire qui doit accompagner chaque véhicule qui dépasse les 25 km/h. Par contre, ces modèles sont bien légaux à la vente. Et souvent trouvable presque uniquement sur internet, donc depuis l’étranger. "Et c’est bien là qu’on est dans une zone floue au niveau de la loi. Posséder le véhicule en soi n’est pas illégal chez nous, ni même le mettre sur la route. Nous, on est obligé d’agir sur d’autres infractions comme le défaut d’assurance, la conduite dangereuse constatée ou l’excès de vitesse éventuel du conducteur".

Thierry Vanderhoeven dirige un magasin de vente et d'entretien de vélos et de trottinettes électriques à Uccle
Thierry Vanderhoeven dirige un magasin de vente et d'entretien de vélos et de trottinettes électriques à Uccle B. Schmitz - RTBF

Une loi spécifique en France, pas encore chez nous

La police d’Uccle voudrait donc que la Belgique se dote d’une loi spécifique aux trottinettes, monoroues et autres nouveaux outils de mobilités apparus ces dernières années sur nos routes. "En France, par exemple, cette loi existe. Les trottinettes surpuissantes y sont purement et simplement interdites pour aller sur la route. C’est indiqué lors de la vente avec, à la clé, une solide amende pour celui qui enfreint la loi. Et cela, que le véhicule soit assuré ou non".

Une telle loi en Belgique faciliterait la vie de tous selon le porte-parole de la zone de police. "A la fois les policiers en interventions qui savent qu’ils peuvent agir dès qu’il rencontre une trottinette de ce genre, très puissante, sans devoir attendre une autre infraction ou vérifier l’assurance. Mais aussi les conducteurs qui sauraient exactement ce qu’ils peuvent légalement acheter ou pas pour utiliser en Belgique".

Articles recommandés pour vous