La Trois

Des trains pas comme les autres : le monde rude et féerique de la Laponie

Des trains pas comme les autres : la Laponie

Philippe Gougler nous emmène en Laponie, vaste région essentiellement située au-delà du cercle polaire. Elle s’étend sur plusieurs pays : la Norvège, la Finlande, la Russie et la Suède. Bienvenue dans le Grand Nord pour un retour à la nature originelle. Ici tout est vrai, tout est pur, et rude aussi.

Peupler un endroit sur terre tel que celui-là n’était pas chose aisée et pourtant les Suédois l’ont fait ! Mais comment survivre au grand froid ? C’est ce que notre aventurier va tenter de savoir. À bord d’un train pour le Grand Nord, il part dans de tous petits villages.

Place aux grandes étendues avec de petits villages éparpillés dans lesquels les gens ont beaucoup d’espace mais vivent aussi dans la solitude. Alors, une chance d’être seul ? C’est ce que beaucoup d’habitants pensent car ils sont nombreux à avoir un rapport fort à la nature et, raconte ce Suédois, "on s’immerge mieux quand on est seul". Par rapport à la rudesse de l’environnement et du climat, il pense également que les habitants ont développé une capacité de résistance au froid qui les a rendus très forts ! On va aussi réaliser qu’il règne de la bienveillance, de la solidarité pour (sur) vivre dans cet environnement extrême. Comme dans une petite gare perdue au milieu de nulle part qui est vrai lieu de ralliement. Elle sert à la fois de salle d’attente, de bar-salon de thé, de supérette, de pharmacie, de distribution de colis… tout cela supervisé par la patronne qui veille sur les 43 âmes de ce village. Et au gré de ses rencontres, Philippe va aussi comprendre qu’ici, loin de la civilisation, les habitants font preuve de créativité grâce à la nature inspirante. Car ici, alors que les paysages sont souvent tous blancs, chacun tente, à sa façon, d’amener de la couleur et de la fantaisie. 

Des trains pas comme les autres : la Laponie
Des trains pas comme les autres : la Laponie

Après les petits villages perdus de quelques dizaines d’habitants, direction la ville. Mais à quoi peut bien ressembler une ville en Laponie ? Pour le savoir, notre amoureux des trains roule jusque Lulea, petite ville portuaire de 45.000 habitants. Ville au passé étonnant où l’on apprendra pourquoi autant de petits gîtes de bois sont regroupés autour de l’église.

Dans une région où tout est gelé 8 mois par an, inutile de vous dire qu’il vaut mieux savoir gérer la conduite sur la glace plutôt que sur le goudron ! Quant aux trains, ils peuvent rouler jusqu’à -40 degrés sont équipés d’une lame à l’avant du train pour pouvoir enlever jusqu’à 20cm de neige sur les rails ! Alors, quand les conducteurs ont vent, comme chez nous, de trains qui s’arrêtent de rouler parce que les rails sont enneigés, autant vous dire que ça les fait bien rire !

Philippe file encore plus vers le nord, au cœur de la Laponie, à Jukkasjärvi, à la rencontre des Samis, peuple autochtone, le dernier d’Europe à vivre aussi proche d’une nature toute puissante, en la respectant. Beaucoup sont éleveurs de rennes. Nils en possède 1500. Ultime moment magique au royaume de ces cervidés qui tirent le traîneau du Père Noël.

 

 

Des trains pas comme les autres : la Laponie

Articles recommandés pour vous