Trains pas comme les autres

Des trains pas comme les autres : entre tradition et modernité au Maroc

Philippe Gougler dans le Sahara

© Capture d’écran

13 janv. 2023 à 11:23 - mise à jour 22 janv. 2023 à 08:40Temps de lecture2 min
Par Fanny Guéret

Cette fois, direction le Maroc, pays à la fois proche et lointain, terre de contrastes. De Rabat à Fès, de Marrakech au désert du Sahara, c’est un voyage étonnant fait de rencontres touchantes qui nous attend.

Un voyage que Philippe Gougler entame à Rabat, la capitale politique et administrative du Maroc, ville au bord de l’Atlantique où la vie semble paisible et douce. Dans un de ces trains d’occasion rachetés à la France, il parcourt 2h30 pour rejoindre Fès. Dans ce train, Philippe en profite pour lancer le débat sur l’épisode de la photo des 2 adolescents en train de s’embrasser qui avait circulé sur Facebook et provoqué leur arrestation. Les réactions sont intéressantes : entre les purs et durs qui considèrent cet acte comme une faute et un manque de respect vis-à-vis d’Allah et ceux qui y voient "une hypocrisie totale" dans la mesure où beaucoup le font et où l’on doit être libre. Entre tradition et modernité, le ton est donné et resurgira un peu partout et sous toutes les formes durant ce voyage.

Fès, la mystérieuse, Fès l’incontournable. Le journaliste part se perdre dans la multitude de petites ruelles dont la configuration n’a pratiquement pas changé depuis le Moyen-Âge. Toute la ville vit du cuir, on compte 800 tanneries. Un métier physiquement éprouvant et pas toujours pratiqué de manière sécurisée.

Place Jamaâ El Fna à Marrakech
Place Jamaâ El Fna à Marrakech © Getty image

Deuxième étape : direction le sud pour une halte à Marrakech et évidemment, la fameuse place Jamaâ El Fna, inscrite à la fois sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Une immense place sur laquelle on est immergés dans un bouillonnement d’animations, d’odeurs et de sons imparables.

Puis c’est à bord d’un taxi collectif que Philippe s’enfonce davantage dans le sud du pays, à Taliouine, en plein désert. Ici, dès 6 heures du matin, les femmes sont à l’ouvrage pour cueillir les fleurs de safran, l’or rouge du Maroc qu’on retrouvera dans nos plats. Un travail manuel colossal et minutieux.

Il s’approche enfin du mythique Sahara, où il achève son périple à bord d’un train minier pour remonter vers le nord dans une ambiance de travail marquée par une camaraderie et une solidarité touchantes.

Et le meilleur moment : une séance câlins avec des précieux chameaux et leur propriétaire très attaché à son troupeau. On apprend notamment que leur urine est un hydratant naturel pour nos mains et en soigne les égratignures !

Des Trains pas comme les autres : le Maroc, c’est ce dimanche 22 janvier à 20h30 sur La Trois, et en replay sur Auvio.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous