RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Des réfugiés formés par Ikea au marché du travail

Rafael est vénézuelien. Il est déjà capable d'aider les clients aux caisses.
15 avr. 2022 à 09:10 - mise à jour 15 avr. 2022 à 13:25Temps de lecture2 min
Par François Braibant

"Travailler et grandir ensemble", c’est le nom d’un programme de formation que les magasins IKEA lancent en faveur des réfugiés. Tous les établissements sont concernés en Belgique. A Hognoul, par exemple, le magasin accueille six réfugiés vénézuéliens et burundais. Ils suivent un stage de formation professionnelle de quatre mois. Avec ce projet, Ikea entend augmenter leurs chances de trouver un emploi durable.

Rafael est vénézuélien. Il est réfugié en Belgique. Son français est imparfait, mais aux caisses d’Ikea, il peut déjà aider les clients. Ici, il rappelle à un homme d’une soixantaine d’années de ne pas oublier son ticket pour sortir. Là, il demande à une dame si elle paie par carte ou en liquide. "On a des cours pour savoir comment faire le travail, par exemple comment travailler avec le Bancontact ou comment gérer la caisse. On a la théorie et après on passe à la pratique."

"Comme tous les autres collaborateurs, ils viennent travailler le matin" explique Nabila Kaouass, qui est marketing manager. "Ce qu’on vient annexer à cette journée habituelle, ce sont des formations par exemple à la communication interculturelle, comment rédiger un CV, comment se préparer à un entretien d’embauche dans le futur, et puis les collaborateurs Ikea vont également les former aux compétences techniques et sociales pour être capables de répondre aux clients."

Christa est Burundaise. Elle aussi est réfugiée. Son rayon, c’est le "marché". Elle explique avoir travaillé dans la vente au Burundi. Chez Ikea, elle a appris qu’un rayon doit toujours avoir l’air plein. Les produits doivent se trouver à la portée des clients : "cette palette-ci, elle est trop basse. Je vais aller voir s’il y en a une que je peux ajouter."

Pour un réfugié, trouver du travail n’est pas simple explique-t-elle. La plupart du temps, ses interlocuteurs ne sont conscients ni de son statut, ni de ses difficultés. Sa connaissance des langues l’a aidée chez Ikea. Elle a pu parler français, anglais et néerlandais. Il est même arrivé qu’un client l’interpelle en kirundi, sa langue maternelle : "je me suis dit : 'lui, c’est un Burundais'. Et j’ai pu l’orienter vers ce qu’il voulait".

En Belgique, 27 réfugiés ont déjà suivi le programme de formation d’IKEA. 16 ont été embauchés à la sortie de leur stage.

 

 

 

Sur le même sujet

Ikea : une nouvelle application remplace vos meubles par ceux de l’enseigne

High tech

Ikea s’associe à Swedish House Mafia pour une platine vinyle

High tech

Articles recommandés pour vous