RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Des organisations condamnent le faible taux de régularisation des ex-grévistes de la faim du Béguinage, de l'ULB et de la VUB

Les grévistes de la faim du Béguinage.

Le CIRÉ (Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Étrangers), le MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) et des groupes issus des syndicats CSC et FGTB ont déploré mercredi que sur les 442 demandes de régularisation introduites par des anciens grévistes de la faim, seules 55 ont fait l'objet d'une décision positive. Cela représente environ 1 dossier sur 8.

Aujourd'hui, les autorités belges appellent les anciens grévistes à se rendre auprès des coachs ICAM (Gestion des Cas Individuels), pour que l'Office des étrangers leur explique "leurs perspectives d'avenir durable au pays d'origine", ont dénoncé les organisations dans leur communiqué. 

Les personnes sans papiers sont des citoyens de ce pays

Qui soulignent que "les personnes sans papiers sont des citoyens de ce pays. Ils contribuent et participent à la vie de la société. (...) Ils sont ici depuis longtemps, et vont rester ici. Il faut maintenant que les autorités décident si elles vont continuer à laisser délibérément croupir près d'un pourcent de notre population dans des conditions de survie indignes".

Pour rappel, des sans-papiers ont occupé l'église du Béguinage en janvier 2021 pour réclamer l'établissement de critères de régularisation pour les migrants économiques présents depuis de longues années sur le territoire. Une grève de la faim a été initiée le 23 mai suivant par environ 450 personnes dans la nef, mais aussi dans deux occupations connexes implantées sur les sites universitaires de l'ULB (Université Libre de Bruxelles) et de la VUB (Vrije Universiteit Brussel). 

Elle a pris fin le 21 juillet de l'année dernière avec l'engagement d'un examen des dossiers de régularisation des grévistes. Le nombre important de refus, qui ont commencé à être notifiés à l'automne, a été vécu comme une "trahison" par les personnes sans-papiers. Les avocats qui les représentaient ont estimé que les lignes directrices qui avaient été tracées lors des négociations, notamment autour de la notion de l'ancrage dans la société, n'ont pas été prises en compte lors du traitement des dossiers.

 

Sur le même sujet : JT du 03/11/2021

Béguinage / Les grévistes de la faim parlent de trahison

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La commission Pétitions propose d'entendre les auteurs de la pétition "in my name", sur la régularisation des sans-papiers

Politique

Déception chez les sans-papiers grévistes de la faim : seule 1 personne sur 6 obtient la régularisation

Belgique

Articles recommandés pour vous