Belgique

Dès lundi, l'enregistrement des demandes ne se fera plus au Petit-Château, annonce Nicole De Moor

L'enregistrement des demandes de protection internationale n'aura plus lieu au Petit-Château, à partir de lundi, a indiqué mercredi matin la secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Nicole De Moor (CD&V), interrogée par la VRT dans l'émission radio De Ochtend.

L'enregistrement des demandes déménagera vers les bureaux de l'Office des Etrangers non loin de la Tour des Finances. L'annonce suit la concertation, mardi soir, entre la secrétaire d'Etat et la direction de Fedasil, qui gère le centre d'arrivée "Petit-Château".

Mardi, les tensions étaient montées d'un cran à l'entrée du Petit-Château, où les candidats à l'asile se pressent pour espérer obtenir une des places d'accueil, au nombre limité. La police a dû intervenir.

Le personnel de Fedasil a quant à lui manifesté sa colère et son exaspération, réclamant une solution immédiate du fédéral, en observant un arrêt de travail en milieu de journée. Après contact avec la direction de Fedasil, il a été décidé de "séparer temporairement" deux tâches qui se font actuellement au Petit-Château, soit l'enregistrement des demandes de protection internationale et la désignation d'une place d'accueil.

"L'enregistrement aura lieu ailleurs à partir de lundi: aux bureaux de l'Office des Etrangers à côté de la Tour des Finances", explique mercredi la secrétaire d'Etat Nicole De Moor. La distribution des places d'accueil reste au Petit-Château. Il ne s'agit que d'une solution temporaire.

Dès ce mercredi, il devrait aussi y avoir des changements dans l'organisation pratique des files d'attente, le placement des barrières et le renfort policier, indique la secrétaire d'Etat. "Hier soir nous avons aussi eu contact avec la Ville de Bruxelles et la police bruxelloise, et elles vont faire un effort supplémentaire pour que la situation reste sous contrôle", indique-t-elle. 

Ce Mercredi matin, l'accès aux portes du centre étaient en effet visiblement renforcé, les grilles formant une seule rangée, contrairement aux jours précédents, lorsque des bousculades se sont produites. La police s'est déployée sur toute la ligne pour s'assurer que tout se passait bien. Le chef de la police Michel Goovaerts lui-même était présent pour observer la situation.

Sur le même sujet

Crise de l’accueil : des avocats et des demandeurs d’asile protestent devant le cabinet de la secrétaire d'Etat

Belgique

Crise de l’accueil aux Pays-Bas : la Défense va héberger les demandeurs d’asile qui dorment en rue

Monde Europe

Articles recommandés pour vous