RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Europe

Des hackers russes seraient à l’origine d’une fuite d’emails de partisans du Brexit

26 mai 2022 à 08:34Temps de lecture2 min
Par Adeline Louvigny avec agences

Des pirates informatiques russes seraient à l’origine de la fuite d’emails privés de plusieurs partisans du Brexit, selon un représentant de la sécurité de Google et un ancien chef du renseignement britannique, rapporte l’agence de presse Reuters. Les pirates présentent ces emails comme la preuve d’un complot, mené par des militants du mouvement pro-Brexit, afin de placer Boris Johnson à la place de Theresa May lors de la période de négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Des courriels privés de l’ancien patron du renseignement britannique Richard Dearlove, de l’activiste pro-Brexit Gisela Stuart, de l’historien pro-Brexit Robert Tombs ainsi que d’autres figures pro-brexit ont été révélés sur un site nommé "Very English Coop d’État" ("Un coup d’État très anglais").

Ces emails n’ont pas été formellement authentifiés par Reuters. Un journaliste du média britannique indépendant "The Grayzone" a analysé ces documents, dont une grande partie serait, selon lui, "impossible à falsifier". Ces emails seraient donc probablement authentiques, d'autant plus que Richard Dearlove a évoqué une opération de piratage sur sa messagerie ProtonMail. "Je suis bien conscient d’une opération russe contre un compte Proton contenant des emails dont je suis le destinataire et l’émetteur", a-t-il déclaré. Robert Tombs a fait savoir pour sa part via un courriel que ses collègues et lui étaient "informés d’une désinformation russe fondée sur un piratage illégal". Il a refusé d’en dire davantage.

"Une campagne plutôt maladroite"

Shane Huntley, à la tête du "Threat Analysis Group" de Google, a précisé à Reuters que le site où sont révélés ces courriels est lié à "Cold River", un groupe de hackers basé en Russie. Des "indicateurs techniques" ont permis au géant technologique de déterminer ce lien, a-t-il indiqué, évoquant à la fois l’opération de piratage et la publication des données obtenues. Shane Huntley a précisé sur Twitter, qu’après avoir pris un peu de hauteur, "nous constatons qu’il s’agit d’une campagne plutôt maladroite, et peut-être basée sur un seul compte ProtonMail piraté".

Loading...

Ce mode opératoire, de révélations d’emails piratés, a déjà été utilisé lors des Macronleaks de 2017, dans une opération attribuée aux services de renseignements russes.

Sur le même sujet

Leaky Forms : des milliers de sites récupèrent vos adresses e-mails avant que vous ne validiez le formulaire

Vie privée

Le Royaume-Uni ouvre une enquête après un piratage visant l'armée

Articles recommandés pour vous