On n'est pas des pigeons

Des élèves déjà confinés : comment se sont-ils instruits ?

Enfants confinés à la maison

© On n'est pas des pigeons

14 mars 2020 à 16:52 - mise à jour 17 mars 2020 à 10:18Temps de lecture1 min
Par Françoise Walravens

Charlie et Oscar sont en confinement depuis le 1er mars car ils revenaient de vacances en Italie. Comme leur école Saint-Henri est sur le territoire de la commune de Woluwé-saint-Lambert, ils ne pouvait pas aller en classe.

Des devoirs à la maison

Des élèves déjà confinés : comment se sont-ils instruits ?
Des élèves déjà confinés : comment se sont-ils instruits ? On n'est pas des pigeons

À la maison, leurs professeurs respectifs leur ont envoyé des exercices via courriel. 

Ce qui n'est pas simple selon Oscar qui est en quatrième primaire et confiné depuis 2 semaines : " Notre madame nous donne beaucoup de devoirs".

Son frère Charlie va avoir son CEB cette année. " Je n'apprends pas beaucoup en ce moment or, je dois réussir. Je suis un peu coincé.

Et pour les parents, ce n'est pas non plus évident. Leur maman Nathalie a des difficultés pour les mettre au travail. " À la maison, il y a beaucoup de distractions, ils sont deux et donc ils peuvent jouer ensemble. Toute la famille est grognon car vivre les uns sur les autres, enfermés, ce ne sont pas des vacances ! "


►►► À lire aussi : Coronavirus : la scolarité des enfants


Des classes-room par internet

Achille est en cinquième primaire à l'école Ouverte à Ohain. Sa classe a été fermée lundi dernier car un des élèves est potentiellement contaminé. Depuis, il passe ses journées en pyjama mais il ne se tourne pas pour autant les pouces. L'institutrice a décidé de mettre en place une classe-room via internet. Tous les jours, à 9h00, elle met des travaux à faire pour la journée ou pour la semaine.

Achille a été stressé par le volume du travail demandé. La famille s'est vite organisée en fixant un horaire à respecter avec temps de travail, d'écran, de bricolage et de divertissement.

Mais sa maman, Nathalie Cool, n'a pas énormément de temps pour elle, elle a beaucoup de travail. Elle aimerait que Achille soit plus autonome. Heureusement, il peut compter sur son institutrice qui est disponible par téléphone de 9 à 16 heures. Un soutien important pour une scolarité à distance qui va durer trois semaines.

Pour (re)voir notre émission spéciale sur le Coronavirus, rendez-vous sur RTBF Auvio, en cliquant ici.

Sur le même sujet

Web, télévision, applications… Les initiatives pour aider parents et enfants

On n'est pas des pigeons