RTBFPasser au contenu

Regions Namur

Des élèves créent une machine qui recycle les capsules de café

Les élèves fiers de leur invention
24 mai 2018 à 14:46 - mise à jour 24 mai 2018 à 14:461 min
Par Temese Nottet

Boire son café le matin, c'est un peu un rituel. Mais que deviennent les capsules usagées ? Les élèves de 6ème et 7ème, de la filière mécanique et automatique, de l'Institut Notre Dame de Beauraing ont inventé une machine qui les recycle. Surnommée "NEXTpresso", c'est grâce à elle qu'ils ont remporté le premier prix de la Technologie et le prix Eco-Green. Le tout, au concours Mecatronic Contest à l'Henallux à Seraing.

Cela faisait cinq mois qu’ils travaillaient dessus. La Nextpresso, c’est cette machine qui recycle vos vieilles capsules de café. Aurélien Ferié, élève de 7ème année, explique sa particularité : "Il existait déjà une machine qui recyclait les capsules de Nespresso mais que celles en aluminium. Nous on a décidé de recycler tant celles en aluminium qu’en plastique".

S’ils y sont parvenus, c’est grâce à tout un système de capteurs qui permettent de bien trier chaque composant de la capsule de café. Ainsi, les capsules suivent tout un cheminement dans la machine. Elles débutent leur parcours dans un bol vibrant qui permet de les introduire sur un tapis roulant. Une fois sur le tapis, elles subissent plusieurs étapes qui permettent de bien séparer chaque composant de la capsule. Ainsi, tous les éléments peuvent être recyclés. L’aluminium et le plastique vont être refondus tandis que le marc de café va, lui, servir d’engrais naturel.

 Du recyclage donc qui n’est pas mis à l’honneur par pur hasard. En effet, c’était la thématique du concours de cette année. Pour construire leur machine, les étudiants devaient également respecter une autre contrainte: l’utilisation du matériel, d’une valeur de 2500 euros, fournit par les organisateurs. Ils pouvaient néanmoins, s’ils le souhaitaient, rajouter du matériel. Damien Dion, professeur d’électricité et de laboratoires, a décidé de privilégier le recyclage : "on a des contacts avec des firmes locales qui nous ont fourni du matériel usagé dont ils ne se servaient plus. Cela nous a permis de réduire nos frais". 

Et une seconde vie, la machine en connaîtra peut-être, elle aussi, un jour. Si son but n’est pas la commercialisation, elle pourrait séduire Nespresso. En effet, l’Institut Notre Dame a envoyé un mail à la célèbre marque de café.

Articles recommandés pour vous