RTBFPasser au contenu

Info

Des dizaines de milliers de participants à la mobilisation européenne en réaction aux mesures sanitaires

Une vue du cortège
23 janv. 2022 à 13:26 - mise à jour 23 janv. 2022 à 15:503 min
Par Sylvia Falcinelli et Anthony Roberfroid

Des dizaines de milliers de participants défilent à l’appel de "Europeans United", 50.000 selon le dernier décompte de la police. Tom Meert, président de l'asbl organisatrice, nous a ensuite indiqué qu'il estime que le nombre était largement supérieur, sans s'avancer sur un chiffre.

Ils sont Belges mais on compte aussi des ressortissants d’autres pays européens, venus en train, voiture ou autocar notamment de France, des Pays-bas, d’Allemagne ou encore d’Italie, selon nos équipes présentes sur place. La revendication principale des organisateurs est d’obtenir "un véritable débat public sur les mesures". Et c’est au nom de la liberté et des valeurs démocratiques qu’ils appellent ceux qui ne se sentent "plus entendus" à les rejoindre"Vrijheid, Liberté", peut-on d’ailleurs entendre scander sur place.

L’un des nombreux panneaux brandis par les manifestants
L’un des nombreux panneaux brandis par les manifestants -RTBF

"C’est nécessaire d’avoir la liberté parce qu’on n’en a plus. L’amour, c’est notre religion. La vérité, c’est notre vie et la liberté, c’est notre droit", a confié une manifestante déguisée en statue de la Liberté à nos équipes. Des propos qui font écho à ceux d’autres participants, comme ce couple de Verviétois venus pour "défendre nos libertés". La question de la vaccination mobilise par ailleurs fortement les participants, avec l’expression de craintes concernant la vaccination des enfants ou encore le rejet de l’éventualité d’une obligation.

"Je ne voudrais pas que mes enfants soient vaccinés. Je suis contre l’obligation vaccinale, ça nous fait peur qu’on nous oblige un jour à se faire vacciner. Il n’y a plus aucune liberté, on n’a pas le droit d’aller au ciné, au resto, ce n’est pas normal. On demande au gouvernement d’arrêter d’obliger les gens à faire ce qu’eux veulent", explique ainsi une manifestante, tandis qu’un autre regrette la division actuelle en "clans", et "qu’on essaie de monter les gens les uns contre les autres". "Moi, tous les non vaccinés ne me déplaisent pas et tous les vaccinés non plus", complète-t-il.

Au Cinquantenaire, avant les discours
Au Cinquantenaire, avant les discours -RTBF

Les manifestants se sont rassemblés dès 11h à la gare du Nord. Le cortège s'est élancé en fin de matinée pour se rendre au cœur du quartier européen, dans le parc du Cinquantenaire. Malgré l'arrestation de six personnes qui portaient des objets dangereux avant le début de la manifestation, le cortège s'est déroulé de manière paisible.

Des drapeaux allemands, français, néerlandais, américains, polonais et roumains flottaient dans la foule, a observé Belga sur place. De nombreux manifestants brandissaient des panneaux critiquant le pouvoir en place, la vaccination, le Covid Safe Ticket ou appelant à "protéger les enfants".

C'est en fin de cortège, dans le quartier européen, que des heurts ont éclaté dans l'après-midi entre protestataires et forces de l'ordre. Des bâtiments et des véhicules ont été endommagés. 

L’asbl "Europeans United" se dit apolitique. Elle avait déjà organisé une autre manifestation à Bruxelles en mai dernier, au Bois de la Cambre, qui avait rassemblé plus d’un millier de personnes. Son positionnement par rapport à des groupes liés à l’extrême droite ou à d’autres intervenants polémiques est empreint d’ambiguïté, comme l’ont par exemple détaillé nos confrères du journal Le Soir.

L'observatoire RésistanceS a noté la présence de plusieurs personnalités, partis et groupuscules d'extrême droite, noyés dans la foule de milliers de manifestants. D'autres groupes ou militants d'extrême droite avaient appelé ces derniers jours à participer à cette manifestation. L'organisation de l'événement était d'ailleurs en grande partie dans les mains de ces groupes, avait observé vendredi Manuel Abramowicz, coordinateur de RésistanceS auprès de Belga.

Début de la manifestation
Début de la manifestation -RTBF
"Europeans United" fait notamment appel à des vétérans néerlandais pour assurer la sécurité
"Europeans United" fait notamment appel à des vétérans néerlandais pour assurer la sécurité -RTBF
Tête de cortège
Tête de cortège -RTBF
"Je veux un câlin, pas un vaccin" proclament ces autocollants
"Je veux un câlin, pas un vaccin" proclament ces autocollants -RTBF
L'une des manifestantes interviewées par nos équipes sur place
L'une des manifestantes interviewées par nos équipes sur place -RTBF

Reportage du Journal télévisé diffusé à 13 heures : 

Mobilisation : Messages à l Europe

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

22 janv. 2022 à 15:49
3 min

Articles recommandés pour vous