Monde

Des débris d’une fusée chinoise vont s’écraser sur Terre dans une chute incontrôlée ce week-end

La fusée transportant le deuxième module de la station spatiale Tiangong de la Chine décolle du port spatial de Wenchang, dans le sud de la Chine, le 24 juillet 2022.
30 juil. 2022 à 05:30 - mise à jour 30 juil. 2022 à 08:48Temps de lecture3 min
Par Valentina Jaimes (st.) avec Belga

Entre le soir du samedi 30 et le matin du dimanche 31 juillet, un morceau de fusée chinoise devrait frapper le sol terrestre. L’endroit précis de la chute n’est cependant pas encore connu.

Ce morceau du vaisseau appartient à la fusée chinoise Longue Marche 5B. Lancée depuis la province chinoise du Hainan le 24 juillet dernier, la fusée a pour objectif de livrer un nouveau module à la station spatiale chinoise Tiangong.

Loading...

Des centaines de personnes s’étaient rassemblées le 24 juillet dernier sur les plages aux alentours de la rampe de lancement pour prendre des photos de la fusée s’élevant dans les airs, dans un panache de fumée blanche.

Après environ huit minutes de vol, "Wentian s’est séparé avec succès de la fusée pour se placer dans l’orbite prévue", s’est félicitée l’agence spatiale chargée des vols habités (CMSA), qualifiant le lancement de "succès total".

Un module supplémentaire à la station spatiale chinoise

Le module qui a été propulsé dans l’espace, d’environ 20 tonnes et sans astronaute à bord, est la seconde des trois pièces qui formeront la future station spéciale chinoise. La station Tiangong ("Palais céleste"), en cours de construction depuis 2011, devrait être pleinement opérationnelle d’ici la fin de l’année.

Ce second module appelé Wentian doit servir de plateforme de secours pour contrôler la station en cas de défaillance. À l’intérieur, un petit hébergement : trois espaces de couchage, un espace toilette et une cuisine. Le module possède également des emplacements pour des expériences scientifiques. Il comprend un sas aussi pour les sorties dans l’espace.

Loading...

Un débris hors de contrôle

Lors du lancement, le premier étage de la fusée s’est détaché. Il s’agissait ici d’une opération qui était prévue : cette partie du vaisseau consistait notamment à stocker du carburant et était programmée pour se détacher une fois le réservoir vide, dans le but d’alléger l’ensemble.

Néanmoins, selon l’US Space Command (le commandement spatial des Etats-Unis), le retour de ces morceaux de fusée est inquiétant. En effet, d’après l’organisme, les pièces auraient échappé au contrôle des autorités chinoises.

Loading...

Ce n’est pas la première fois que la Chine perd le contrôle d’un de ses fusées ou satellites. Des anciens débris spatiaux s’étaient déjà écrasés sur la Terre par le passé, sans causer de pertes humaines pour autant.

L’État chinois est régulièrement rappelé à l’ordre par les instances spatiales internationales. Dans ce cas précis, l’US Space Command lui a reproché de ne pas avoir calculé une trajectoire d’atterrissage.

Des débris pourraient revenir sur Terre, mais il y a peu de chance d’être touché

La plupart du temps, ce type de débris se désintègre au contact de l’atmosphère. Mais les débris Wentian sont cependant d’une grande envergure. Ils mesurent une cinquantaine de mètres de long et pèsent une vingtaine de tonnes… Un peu trop grand pour disparaître dans l’atmosphère.

Les spécialistes prévoient qu’entre 20% et 40% de la masse de l’objet devrait résister au passage de l’atmosphère en se divisant en plusieurs débris : "C’est un objet métallique de 20 tonnes. Bien qu’il se brise en entrant dans l’atmosphère, de nombreux morceaux, dont certains assez gros, atteindront la surface", estime Michael Byers, professeur à l’Université de la Colombie-Britannique, spécialiste dans les risques liés aux débris spatiaux.

De nombreux morceaux, dont certains assez gros, atteindront la surface.

Les scientifiques ne savent pas encore à l’heure actuelle où tomberont les morceaux de cette fusée.

Selon leurs recherches, le lieu de l’atterrissage se situerait dans l’océan Atlantique Nord, sur la même latitude que de grandes villes comme Pékin ou Rome.

Il y a de grandes chances que les débris tombent dans l’océan mais le point précis des impacts ne pourra être connu que quelques heures avant l’entrée dans l’atmosphère de ces débris.

Il y a donc peu de chance que ces morceaux de fusée blessent des personnes. Les scientifiques estiment en moyenne qu’il y a 80.000 fois plus de risques d’être frappé par la foudre que d’être frappé par des objets rentrants dans l’atmosphère.

Sur le même sujet

La fusée chinoise lancée dimanche dernier s’est désintégrée au-dessus de l’océan indien

Sciences et Techno

Guerre en Ukraine : la Russie annonce quitter la Station spatiale internationale (ISS) "après 2024", la NASA pas au courant

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous