RTBFPasser au contenu

Des conseils pour des fêtes Covidsafe ? "Faire un autotest le jour même", "limiter ses contacts", "ventiler"

Des conseils pour des fêtes Covidsafe ? "Faire un autotest le jour même", "limiter ses contacts", "ventiler"
17 déc. 2021 à 11:052 min
Par A. Dulczewski

A une semaine du réveillon de Noël, le porte-parole interfédéral Covid-19 Yves Van Laethem a donné quelques conseils pour passer des fêtes "Covidsafe". Selon lui, la première règle à absolument respecter est "de ne pas aller à une fête si on se sent malade" car "c’est une responsabilité personnelle de ne pas mettre les autres en danger".

Faire un autotest le jour même

Yves Van Laethem appelle aussi tout un chacun à faire un autotest le jour de la fête, même si on ne se sent pas malade. Et il insiste : "Cet autotest, il faut le faire le jour même de la fête, pas la veille. C’est important pour qu’il ait une bonne validité. On sait en effet que ces autotests sont moins sensibles (que les tests PCR par exemple) donc il faut le faire au dernier moment, par exemple à l’heure du midi avant de se rendre à une soirée".

Pour rappel, ces autotests sont disponibles en pharmacie, en ligne et dans certains supermarchés à des prix variables (environ 8 euros). Si certains gouvernements ont décidé d’en distribuer gratuitement à l’approche des fêtes, ce n’est pour l’instant pas le cas de la Belgique. Yves Van Laethem espère toutefois que ces autotests soient "le plus largement disponibles à cette période de l’année, à un prix accessible".

Limiter les contacts

Autre conseil : "Ne pas se rendre à une fête avec 20 ou 30 personnes". Le porte-parole interfédéral ne peut toutefois pas donner un nombre de participants arrêté à respecter, mais il parle de "raisonnablement limiter" le nombre de personnes présentes. Par exemple à "deux couples ou à cinq-six célibataires".

Selon Yves Van Laethem, cette fête devrait être organisée dans "l’endroit le plus vaste possible, soit l’appartement ou la maison la plus vaste parmi les potentiels participants". Il conseille aussi d’incliner les fenêtres et d’ouvrir les portes pour faire circuler l’air.

Porter un masque ?

Pour le porte-parole interfédéral, cela vaut aussi la peine de garder son masque au moment de l’accueil des personnes. C’est-à-dire au moment où "il y a des regroupements, des proximités au niveau du hall d’entrée".

Il conseille aussi de porter un masque en présence de personnes fragiles comme des personnes immunodéprimées ou âgées. Dans ce cas, précise-t-il, on peut même "porter des masques FFP2, soit des masques à plus haute performance".

Baisse des indicateurs, mais crainte face à Omicron

Yves Van Laethem a par ailleurs rappelé que si les indicateurs étaient en nette baisse (-27% d'infections), la propagation extrêmement rapide du variant Omicron nous empêche "de danser en rond" et de trop se réjouir.


►►► A lire aussi : Le délai pour la 3e dose passe de 6 à 4 mois pour les vaccins Pfizer & Moderna


"On ne sait pas encore quel impact Omicron aura sur nos soins de santé, on ignore encore dans quelle mesure la maladie qu’il implique est importante ou pas", prévient-il.

Pour avoir une idée plus claire, il faut attendre d’avoir de nouvelles données, souligne-t-il. Par exemple celles venant de Grande-Bretagne. Pour l’instant, précise Yves Van Laethem, "on ne peut pas extrapoler sur base des données qui viennent d’Afrique du Sud (où le variant a été découvert) car là-bas, la pyramide des âges est inversée par rapport à chez nous".

Sur le même sujet

02 mai 2022 à 14:32
1 min
21 déc. 2021 à 14:37
2 min

Articles recommandés pour vous