RTBFPasser au contenu

Regions Liege

Des collations gratuites et saines distribuées dans 23 écoles wallonnes, à Saint-Nicolas notamment

Le potage collation du jour a eu beaucoup de succès, tout est parti
28 mai 2021 à 15:02 - mise à jour 28 mai 2021 à 15:023 min
Par Martial Giot

Un projet pilote de distribution gratuite de collations équilibrées et durables aux enfants en situation de précarité vient de démarrer dans 23 écoles de Wallonie, tous réseaux confondus. La Wallonie va y consacrer 420.000 euros.

Il fait partie du plan wallon de lutte contre la pauvreté. Il se déroulera sur deux années scolaires. Deux fois par semaine, les enfants recevront un potage collation sain.

Six écoles de la région liégeoise sont concernées, dont l’école communale Coopération à Saint-Nicolas. C’est là que ce vendredi la ministre de la Santé, de l’Action sociale et de l’Égalité des chances, Christie Morreale, a officiellement lancé le projet pilote. Il ne se limite pas à la distribution de collations, comme l’explique Christie Morreale : "C’est produire local, donc relocaliser son alimentation avec les circuits courts. C’est les transformer avec des personnes qui sont en formation par le travail. Et puis, c’est les amener à courte distance dans une école. Malheureusement, on sait que certains enfants n’ont pas toujours suffisamment à manger en classe et apportent aussi des aliments sucrés qui vont conduire à une déviance au niveau alimentaire et à des problèmes de santé quand ils seront grands. Les écoles choisies sont uniquement des écoles, pour le moment, qui sont dans l’enseignement différencié, donc il y a un niveau socio-économique faible au niveau de leur population, justement pour travailler sur l’accessibilité, puisque c’est aussi sur la gratuité qu’on travaille. Mais on espère que dans deux ans si les projets portent leurs fruits, et leurs légumes, alors on pourra l’élargir sur l’ensemble de la Wallonie, à l’ensemble de toutes les écoles.".

La Ceinture Aliment-Terre Liégeoise est un des maillons de la chaîne mise en place. "A la Ceinture Aliment-Terre, on travaille évidemment à la mise en réseau de tous les acteurs de l’alimentation durable.", explique Florence Henrard, "On travaille aussi à l’accès à l’alimentation saine à un plus grand nombre. Ce projet met en lien nos deux actions, avec des maraîchers qui produisent, un opérateur qui cuit du potage en économie sociale, un autre opérateur en économie sociale qui transporte avec de vrais bons emplois et en mobilité douce et puis des enfants dans des écoles dans des quartiers plus en difficulté qui ont un potage sain et gratuit, qui découvrent des légumes."

Tout est parti

La distribution de collations a aussi des vertus pédagogiques, comme le confirme Grazio Esposto, le directeur de l’école Coopération : "Puisque nous avons un potage zéro déchet, on va comparer, on va dire : "Tiens, regardez un petit peu, le jour où il y a le potage à l’école, il y a moins de déchets aussi.". Dans les différentes classes, on voit les cinq sens, le goût de la soupe, elle n’est pas salée, elle n’est pas sucrée… Aujourd’hui, par exemple, des enfants ont dit : "Elle n’est pas sucrée.". Un autre a émis l’hypothèse : "Ah ben, il y avait peut-être des carottes. C’est bizarre, la soupe était verte et il y avait des carottes. Elle devrait avoir une autre couleur.". De fil en aiguille, c’était : "Des carottes blanches !". "Ah bon, c’est quoi ça des carottes blanches ?" Donc on va aller voir sur internet, dans un dictionnaire, etc. Enfin, il y a le gaspillage, le gaspillage alimentaire ou le gaspillage au niveau du papier aluminium etc. Nous avons eu la bonne surprise mardi de ne plus avoir de soupe après la collation, donc tout est parti. Aujourd’hui, on avait mis deux litres de plus et tout est parti aussi. Donc les enfants en redemandent.".

Et quand il n’y a pas de soupe pour la collation de 10 heures que mangent ces enfants par exemple ? "Du chocolat.", "Un petit cake ou une boisson.", "Moi, c’est des galettes de riz." Trouvent-ils la soupe meilleure que le chocolat ? "Oui, c’est vraiment bon.", "Oui, c’est meilleur." Meilleur en matière de goût ou pour la santé ? "Les deux.", "Pour notre santé, surtout.", "Psychologiquement, c’est meilleur le chocolat, par exemple, des choses comme ça, mais c’est meilleur pour la santé, la soupe."

 

Articles recommandés pour vous