RTBFPasser au contenu

Societe

Calamars à base d'anus de porc? Une "légende urbaine"

Calamars à base d'anus de porc? Une "légende urbaine"
18 oct. 2013 à 06:171 min
Par Germain Renier

L'eurodéputée Esther de Lange a voulu frapper les esprits et c'est réussi : personne ne veut de calamars à l'anus de porc dans son assiette. Au mois de janvier dernier, la même affirmation a circulé aux Etats-Unis, avant d’être qualifiée de légende urbaine, comme l’explique Slate.com.

Aucune preuve n'existe mais, selon Esther de Lange, le secteur de la grande distribution lui aurait confié faire des contrôles réguliers car il s'agirait d'une pratique connue. Dans la foulée son porte-parole faisait toutefois une courbe rentrante : "Oui, expliquait-il, la fraude alimentaire est un vrai problème. Quant à l'histoire des calamars, il n'y aurait pas de preuve pour l'instant... "

En Belgique, on n'a jamais entendu parler de calamars à l'anus de porc, mais on se montre vigilant, explique Pauline Bievez porte-parole du SPF Economie : "Si on a confirmation de la part de nos systèmes d’alerte, ou de nos homologues européens, on devra enquêter. Mais pour l’instant, il n’y a aucun cas avéré en Belgique". Il faudra d'abord vérifier si cette affirmation de l'eurodéputée se base sur des rumeurs ou sur des faits.

Sirop de maïs dans le miel

Cette information spectaculaire repousse au second plan une vraie et vaste problématique: celle de la fraude alimentaire. De l'huile bon marché dans l'huile d'olive, de l'eau ou du lait en poudre dans le lait de vache, du sirop de maïs dans le miel : voilà les fraudes les plus courantes. Et qui portent sur des produits qu'on l'on consomme bien plus souvent que des calamars.

Au SPF économie, on se montre rassurant: la Belgique serait relativement épargnée par cette fraude et le système de contrôle fonctionne bien. Et de rappeler que, lors du scandale de la viande de cheval, très peu de cas avaient été signalés en Belgique.

RTBF

Articles recommandés pour vous