RTBFPasser au contenu

Monde

Derrière les chiffres : l’horizon pas vraiment dégagé du secteur aérien en 2021

Derrière les chiffres : l’horizon pas vraiment dégagé du secteur aérien en 2021
18 janv. 2022 à 05:153 min
Par Philippe Antoine

Ce n’est pas à proprement parler une surprise, l’industrie aéronautique est l’un des secteurs qui souffrent énormément de la pandémie de coronavirus. Mais à quelle hauteur ? Coup de projecteur sur les chiffres de l’aviation européenne en 2021, une année de plus marquée par la pandémie, mais qui s’est toutefois mieux terminée qu’elle n’avait commencé.

Pour avoir un point de référence, les chiffres de 2021 sont comparés à ceux de 2019, soit la dernière année avant les premiers effets de la pandémie qui a fortement impacté le secteur aéronautique à partir de 2020.

Selon cette publication d’Eurocontrol, il y a eu, sur l’ensemble de l’année 2021, 6.200.000 vols opérés en Europe. C’est beaucoup moins que les onze millions de vols de 2019. La grande majorité (81%) de ces vols avait une destination au sein de l’Europe, devant le Moyen-Orient (4,6%), l’Atlantique Nord (3,6%) et le nord de l’Afrique (3,1%).

Une amélioration visible au fil des mois

Il est aussi intéressant de constater l’évolution des chiffres tout au long de l’année, qui avait commencé de façon assez catastrophique, avec, au mois de janvier, 64% de vols en moins qu’en janvier 2019. 

Mais au fil des mois, le déficit s’est résorbé pour n’être plus en décembre que de 22%, par rapport à décembre 2019, grâce à un allègement des restrictions de déplacement induit par la vaccination à grande échelle.


►►► À lire aussi : Compagnies aériennes, des billets plus chers à cause de la hausse des prix du pétrole


Ce qui n’a pas empêché le Japon, si l’on regarde un instant au-delà de l’Europe, d’enregistrer en novembre dernier une perte record de 99,2% d’arrivées de touristes par rapport au mois de novembre 2019.

Une année très compliquée aussi pour les compagnies aériennes

Le bilan de 2021 est indéniablement moins catastrophique qu’en 2020, mais cela n’en reste pas moins impressionnant : si l’on prend en compte la différence du nombre moyen de vols par jour en 2019 et 2021, Ryanair, qui reste, comme c’est le cas depuis 2014, la première compagnie européenne, affiche une perte de 43% (2323 vols/jour en 2019, 1321 vols/jour en 2021). C’est sans aucun doute son modèle de fonctionnement low cost qui permet à la compagnie irlandaise d’avoir résisté mieux que toutes les autres, même si la combinaison de la crise sanitaire et du Brexit l’a davantage impactée.

Avec 46% de moins qu’en 2019 (1197 vols/jour en 2019, 648 vols/jour en 2021), Air France limite la casse tandis que Lufthansa et sa filiale belge Brussels Airlines se retrouvent toutes les deux à -59%. Tout en bas du classement des 40 principaux opérateurs, on trouve British Airways (-70%), Aeroflot (-70%), Alitalia (-72%) et Norwegian (-76%).

AFP

Et la tendance ne semble pas changer depuis le début de l’année : sur les deux premières semaines de 2022, Ryanair, avec 905 vols quotidiens, est à -49% par rapport aux deux premières semaines de 2019.

La perte est un peu moins marquée pour Turkish Airlines (888 vols/jour, -27% par rapport à 2019), tandis que trois compagnies sont au-delà des 50% de déficit par rapport à 2019 : -53% pour Lufthansa (669 vols/jour) et -53% aussi pour SAS (342 vols/jour).

Le grand perdant est British Airways, qui enregistre une chute vertigineuse de -59% par rapport à 2019.

Les aéroports sont généralement à 50% de perte

Les aéroports sont tous en recul par rapport à 2019. Avec 767 mouvements d’avion par jour, autrement dit les décollages et les atterrissages, Amsterdam est désormais le premier aéroport d’Europe, mais c’est 45% de moins qu’en 2019.

Francfort, Paris, Madrid et Bruxelles sont tous les quatre à -49%.

Londres Heathrow affiche -59%, ce qui ne s’explique pas uniquement par les effets de la pandémie, mais aussi par ceux du Brexit, qui a compliqué les voyages vers le Royaume-Uni.


►►► À lire aussi : Coronavirus : Omicron risque de gâcher le début de l'année 2022 du secteur aérien


Quant à l’aéroport bavarois de Munich, il a perdu 64% de ses mouvements d’avions en comparaison avec 2019.

En réalité, en attendant un retour à la normale qui est prévu pour 2024-2025, il y a deux secteurs de l’aviation qui ont progressé depuis 2019 : c’est le cargo et l’aviation d’affaires. Les compagnies spécialisées dans le fret telles que DHL (+15%) ou ASL Airlines Belgium (+5%) sont même en progression en ce qui concerne le nombre de vols entre 2019 et 2021.

Sur le même sujet

04 févr. 2022 à 15:56
1 min
19 janv. 2022 à 10:09
1 min

Articles recommandés pour vous