RTBFPasser au contenu
Rechercher

Exposition - Accueil

Depuis 50 ans la Banque Nationale de Belgique collectionne l’art contemporain belge. Et ça commence à se savoir !

On le sait peu, la Banque Nationale de Belgique possède une collection de 2000 œuvres d’art de plasticien.ne.s belges. Un programme de mécénat qui fête ses 50 ans cette année. Un patrimoine – bien gardé - que l’institution rend enfin à son public à travers d’ambitieuses expositions (on en est à la deuxième) scénographiées au sein de la banque. Salle des guichets à gauche, expo d’art contemporain à droite. (UN) COMMON VALUES. Two corporate Collections of Contemporary Art fait dialoguer des œuvres de la Banque Nationale de Belgique avec celles de la Banco de España.

 

"Ce tableau doit être installé par un comptable" Jonathan Monk, feuille d’or et huile sur toile, 2011
"Ce tableau doit être installé par un comptable" Jonathan Monk, feuille d’or et huile sur toile, 2011 © Xavier Ess – Rtbf

Pour rendre compte de la manière dont les artistes perçoivent les évolutions de la société, les curateurs ont choisi un mot-clé qui a toute sa place dans le monde de l’art et celui de la finance : valeur. Valeur de l’art, valeur de l’œuvre sur le marché, valeurs morales ou éthiques défendues ou pourfendues par les artistes. Le pouvoir de l’argent et le billet de banque reviennent d’ailleurs régulièrement dans le parcours de (un) common values, axées selon trois angles : Matters of Exchange sur le potentiel qu’offre la matière : de l’or à la poussière. I Contain Multitudes sur la question — très contemporaine — des identités multiples et un troisième chapitre plus politique : Paix/Prix sur des moments sombres de l’histoire et les rapports de pouvoir dans la société.

Matières d’échange

Les matières ont une valeur symbolique et une valeur d’échange. L’or, matière commune à l’histoire de l’art et de la finance, nous saute aux yeux dès l’entrée de l’exposition à travers l’œuvre de Jonathan Monk, This Painting Should Be Installed by an Accountant (cette peinture doit être installée par un comptable) qui nous place au cœur du sujet : qu’est-ce qui fait la valeur d’une œuvre ? sa matérialité ? sa technique ? son concept ?

Nature morte, pierre, , poussière, coupures de journal financier, billet de banque illustrent ces relations entre sens, poésie et matière avec entre autres l’eau et le mercure, matières antagonistes qui se confondent au creux de la main, dans la photo Mercury du duo Gusmão y Paiva

Gusmão y Paiva, Mercury, 2009
Gusmão y Paiva, Mercury, 2009 © Fernando Maquieira
The Artist of the Future, composition de l’artiste politique chilien Alfredo Jaar, 2005
The Artist of the Future, composition de l’artiste politique chilien Alfredo Jaar, 2005 © Xavier Ess – Rtbf

Identité quand tu nous tiens

Aucune exposition ne semble échapper à la question de l’identité, dont on découvre (?) la pluralité. Le contenu des sacs à main, le déguisement au moment du carnaval (le patchwork de photos de Ria Pacquée au carnaval de Cologne en 1989), le masque, l’art brut sont au rendez-vous. Et plus inédit, la question des figures emblématiques – icônes, stars, gens de pouvoir — qui appartiennent à l’imaginaire collectif mais dont l’individualité semble disparaître à force de reproduction. Francesc Ruiz traite le sujet à partir des portraits figurant sur les vieux billets de banque espagnols.

Francesc Ruiz, Marcar, 2016
Francesc Ruiz, Marcar, 2016 © Xavier Ess – Rtbf
Ria Pacquée, Madame going to carnival in Köln, 1989
Ria Pacquée, Madame going to carnival in Köln, 1989 © Xavier Ess – Rtbf

Paix/Prix, la dernière partie de l’exposition, rassemble des approches artistiques autour des thèmes de la monnaie et de la confiance et de ses aléas : le pouvoir et le contrôle.

Honoré d’O, Biobliotopy with Tool (détail), 2007
Honoré d’O, Biobliotopy with Tool (détail), 2007 © Xavier Ess – Rtbf

Les banques centrales supervisent les institutions financières pour maintenir la stabilité économique, lit-on dans le catalogue – gratuit – qui accompagne (un) common values. Cette noble tâche n’a pas empêché l’acquisition d’œuvres critiques sur les réalités économiques et le prix à payer pour la paix sociale. Candida Höfer, photographe des lieux de pouvoir, nous montre l’entrée de la salle des coffres de la Banque d’Espagne à Madrid, Wendy Morris affirme que la discipline et le bonheur ultime et le dispositif d’écrans LCD manipulés d’Emmanuel Van der Auwera est toujours aussi efficace pour révéler, à condition d’y regarder dans le bon angle, la surveillance discrète opérée sur nos vies (Video Sculpture XXI (Las Vegas) ).

Candida Höfer, Banco de España Madrid VII 2000, 2000
Carlos Aires, Reflections in a Golden Eye, 2018
Pol Pierart, Paix/Prix, 2003
Wendy Morris, Discipline is the Ultimate Happiness, 2017

En pratique : (UN)COMMON VALUES

Du 21 mai au 18 septembre 2022 dans le hall des guichets de la BNB, boulevard de Berlaimont 3 – 1000 Bruxelles.

Lundi au samedi de 10 h à 18 h. Entrée gratuite.

Emmanuel Van der Auwera, Video Sculpture XXI (Las Vegas), 2019
Emmanuel Van der Auwera, Video Sculpture XXI (Las Vegas), 2019 © Xavier Ess – Rtbf
Emmanuel Van der Auwera, Video Sculpture XXI (Las Vegas), 2019
Emmanuel Van der Auwera, Video Sculpture XXI (Las Vegas), 2019 © Xavier Ess – Rtbf

Sur le même sujet

LABOR le bonheur au travail ? y a du boulot

Exposition - Accueil

Christine Mahy (Réseau wallon de lutte contre la pauvreté) élue régente de la Banque nationale

Belgique

Articles recommandés pour vous