RTBFPasser au contenu

Societe

Départs en vacances: méfiez-vous des radars sur les routes françaises

Départs en vacances: méfiez-vous des radars sur les routes françaises
28 juin 2014 à 05:471 min
Par Adrien de Callataÿ

Impossible donc de détecter ce radar au contraire des appareils auxquels on a l'habitude de voir. Ceux, bien visibles, placés sur l'avant du véhicule, que certains aperçoivent parfois trop tard dans le rétroviseur... mais que des automobilistes venant en sens inverse signalent parfois en faisant des appels de phares.

Non, ici, il s'agit d'un système très discret, qui équipe donc une voiture banalisée. Une voiture qui peut flasher, et qui flashera, à l'arrêt sur le bord de la route. Mais également en roulant. Elle flashera les véhicules qui la dépassent et les véhicules qu'elle croise, dans les deux sens donc, rien ne lui échappera.

Il devrait y avoir, peut-on lire dans la Dernière Heure, plus d'une soixantaine de ces voitures d'ici la mi-juillet, qui rôderont en quête de leur proie sur les axes les plus fréquentés. Il y aura aussi les radars-tronçons, des radars qui calculent la vitesse moyenne sur un tronçon de route, plus question d'éviter l'amende en freinant au dernier moment donc.

Plus de 4100 radars, fixes et mobiles, couvrent le territoire français. Le Laatste Nieuws relaye la liste des 100 champions, presque 15 000 amendes par jour à eux seuls.

Le premier est installé à Clarafond en haute-savoie, sur l'A40 en direction de Lyon, 377 excès de vitesse relevés l'année passée. Sur la deuxième marche du podium, le radar de Tours sur l'A10 en direction de Bordeaux.

En 2013, quelques 300 000 belges ont été flashés en France. Et l'impunité, c'est de l'hsitoire ancienne: l'amende arrivera dans la boite aux lettres, au retour de vacances.

François Kirsch

Départ en vacances: les radars se multiplient

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous