RTBFPasser au contenu

Denis Ducarme: "Il faut rester zen quand on a une opposition aussi déchaînée devant soi"

L'Acteur en direct : Denis ducarme chef de groupe MR à la Chambre

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

26 juin 2015 à 07:12 - mise à jour 26 juin 2015 à 07:492 min
Par Aline Glaudot

Grosse tension hier après l’incident survenu en séance plénière : la majorité n’était pas en nombre pour voter plusieurs projets de loi, dont l’ajustement budgétaire :"Il faut l’admettre, il manquait des députés de la majorité, nous étions 74, et plus d’une dizaine de députés de l’opposition", reconnaît Denis Ducarme (MR) ce matin dans le studio de Matin Première.

Deux MR absents, quatre Open VLD, quatre N-VA et trois CD&V "en effet, il y en a quelques-uns à la majorité qui vont se faire sonner les cloches."

Intervention d'Hervé Jamar : une erreur? 

Hier soir, il y a surtout eu une vive tension entre les deux chefs de groupe du CD&V et de l'OpenVLD et le ministre MR, Hervé Jamar. Mandaté pour représenter le gouvernement, il a voulu maintenir l’urgence sur le texte des pensions. L'opposition a alors quitté l'hémicycle, en signe de protestation, à l'exception du député du Parti Populaire Aldo Carcaci.

Le CD&V et l’OpenVLD lui en veulent beaucoup dans la presse flamande ce matin. Ils affirment en effet avoir trouvé un accord avec l’opposition pour qu’il n’y ait pas cette demande d’urgence, le MR l’a donc maintenue seul. D’où cette grosse cacophonie. Alors Hervé Jamar a-t-il commis une erreur? "Le Gouvernement tenait en effet à maintenir la demande d’urgence (…) Il s’agit de s’assurer que dans les mois qui viennent, on ait une priorité en commission des affaires sociales pour ce débat et que cette loi soit votée avant la trêve estivale."

"En avant, calme et droit"

"Je vais rappeler une devise que j’affectionne : 'En avant, calme et droit'. Lorsqu’on a une opposition qui se dit constructive mais qui quitte l’hémicycle pour ralentir les débats, je m’interroge et c’est pour cette raison que ma confiance est relative. Il faut rester zen quand on a une opposition aussi déchaînée devant soi."

'En avant calme et droit', pour l’opposition, ça se traduit par "le passage en force de la majorité" : "Ce n’est pas un passage en force. Oui, il y a un d’autres sujets mais pardon de vouloir concrétiser nos politiques, pardon de ne pas vouloir sans cesse se calquer sur le calendrier scolaire. Les parlementaires ne sont pas comme les écoliers qui prennent leurs vacances à partir du 30 juin. On ira au-delà du 21 juillet si nécessaire. Il y a toute un série de décisions par rapport à la pénibilité de métiers plus lourds qui doivent être réfléchies dans le cadre des débats qui devraient avoir lieu à partir de septembre."

Le casting MR pointé du doigt ?

A travers cet incident, y aurait-il une volonté de viser le "casting" MR ? Hervé Jamar, après Marie-Christine Marghem qui a aussi été critiquée par certains membres de la majorité CD&V dans la manière dont elle a tenu son dossier nucléaire au parlement. Pas selon Denis Ducarme, qui clôture alors le sujet : "Hervé Jamar n’a fait que relayer ce qu’il lui avait été demandé parce que c’est nécessaire pour maintenir le projet pension au-dessus de la pile."

Sur le même sujet