RTBFPasser au contenu

Régions Brabant wallon

Déménagement de la clinique Saint-Pierre d’Ottignies à Wavre : le projet présenté ce lundi, les riverains se disent très préoccupés

Le projet de déménagement de la clinique Saint-Pierre à Wavre inquiète de nombreux habitants dans les quartiers situés près du site choisi à Louvranges.

Le déménagement de la clinique Saint-Pierre d’Ottignies à Wavre se précise un peu plus. Une réunion d’information aura lieu ce lundi soir à la Sucrerie, à Wavre, en prélude à la réalisation d’une étude d’incidences. C’est une étape de plus dans le long processus qui doit mener à la construction du nouvel hôpital. Les responsables de la clinique vont présenter leur projet. Et le public pourra faire part de ses observations.

Dans les quartiers résidentiels situés à proximité du site retenu pour l’installation du nouvel hôpital, beaucoup d’habitants sont inquiets. Derrière chez eux, c’est encore un peu la campagne aujourd’hui, même si l’autoroute E411 et la N25 ne sont pas loin. Mais demain, que verront-ils ?

"Toute la vue de notre joli bois qui se trouve là derrière avec notre belle prairie, tout ça va disparaître, déplore Christian. Là-bas, derrière chez nous, on va avoir un énorme parking avec plein de voitures. Ça va être affreux."

"Il y a trente ans, quand j’ai construit ici, c’était un écrin de verdure, ajoute Rosie. C’était un grand terrain avec des vaches. Mais maintenant, c’est un tout autre projet, et ça me fait peur."

A l’arrière de leur quartier, en contrebas du terrain choisi pour l’implantation de la clinique, c’est encore un peu la campagne aujourd’hui.
A l’arrière de leur quartier, en contrebas du terrain choisi pour l’implantation de la clinique, c’est encore un peu la campagne aujourd’hui. Hugues Van Peel – RTBF

La crainte des inondations

Pourquoi construire à cet endroit ? La taille du terrain (environ 14 hectares) et la proximité des grands axes ont été décisives. Mais selon les riverains, ce terrain en pente, cerné de zones résidentielles, n’est pas adapté à la construction d’un nouvel hôpital. Qui plus est, il n’y a pas de transports en commun à proximité, il faudra même construire une bretelle d’autoroute pour y accéder.

En bleu, le périmètre du SOL (Schéma d’Orientation local), à l’intérieur duquel l’hôpital et la bretelle d’autoroute seront construits.
En bleu, le périmètre du SOL (Schéma d’Orientation local), à l’intérieur duquel l’hôpital et la bretelle d’autoroute seront construits. Ville de Wavre

Et qui dit terrain en pente dit ruissellement. Wavre a subi de graves inondations l’été dernier, la nouvelle clinique ne va-t-elle pas augmenter le risque ?

"Pendant les inondations au mois de juillet, on a eu ici une rivière qui allait tout droit sur Wavre, explique Cédric. Et donc, que va-t-il se passer quand ils vont bétonner dix hectares ? Il y aura encore beaucoup plus d’eau. Sans compter qu’il n’y a pas que l’eau de ruissellement, il y a aussi les énormes quantités d’eaux usées qui vont être rejetées dans les canalisations. Qu’est-ce qu’ils ont prévu pour ça ? Vont-ils agrandir les canalisations jusqu’en bas ? Et à Wavre, y aura-t-il quelque chose de prévu pour retenir toute cette eau et éviter les inondations ?"

L’impression que les jeux sont faits

Trafic et parking sauvage dans les rues avoisinantes, nuisances sonores et pollution lumineuse, les motifs d’inquiétude sont nombreux. Ce que craignent les habitants de ces quartiers, c’est une détérioration de leur cadre de vie, déjà dégradé par le bruit incessant de l’autoroute et de la nationale.

Ils éprouvent aussi le sentiment déplaisant de ne pas être écoutés, ni même entendus, par les autorités communales (qui soutiennent le projet), et que tout est déjà joué.

"Comment se fait-il que la clinique ait pu acheter ces terrains sans savoir ce qu’elle pourrait y construire ? A-t-elle eu des garanties que nous ignorons ?", se demande Catherine.

"On nous dit que la clinique déménage, tout est présenté comme tel, selon Gaëtan, qui habite à Chaumont-Gistoux, juste de l’autre côté de la N25. Le sentiment qu’on a, c’est que ça avance comme un bulldozer et qu’on a que nos yeux pour pleurer."

En bordure de la N25, le terrain est assez plat, il plonge ensuite vers les quartiers résidentiels de Wavre.
En bordure de la N25, le terrain est assez plat, il plonge ensuite vers les quartiers résidentiels de Wavre. Hugues Van Peel – RTBF

Les riverains représentés dans un comité de suivi

Ce lundi soir, Christian, Rosie, Cédric, Catherine, Gaëtan et les autres seront présents à la Sucrerie pour assister à la réunion d’information. Peut-être obtiendront-ils déjà quelques réponses à leurs très nombreuses questions.

Pour la suite, ils pourront s’adresser au comité de suivi du projet qui sera prochainement constitué. Composé de la bourgmestre de Wavre (ou de son délégué), d’un membre du conseil communal, d’un représentant du maître d’ouvrage, des représentants des services techniques de la ville et de la CCATM (Commission consultative d’Aménagement du Territoire et de la Mobilité) et de riverains, ce comité sera donc l’organe de liaison entre les différentes parties. Il se réunira trois fois par an et sera maintenu jusqu’à deux ans après l’inauguration de la nouvelle clinique.

Articles recommandés pour vous