RTBFPasser au contenu

Belgique

DéFI favorable au décumul intégral: un préalable aux négociations politiques

Décumul intégral et bonne gouvernance : DéFi rejoint Ecolo

JT 13h

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

DéFI, réuni en Conseil Général ce lundi soir, a adopté une batterie de propositions en matière de gouvernance publique.

Les amarantes proposent une feuille de route qui sera un préalable à des négociations gouvernementales en Wallonie et à Bruxelles.

La décision est claire : plus de cumul entre une fonction parlementaire et une fonction exécutive locale. Et cela, quel que soit le nombre d'habitants. "Ça doit être fait simultanément dans toutes les assemblées parlementaires et quelle que soit l’appartenance linguistique des mandataires", exige Olivier Maingain, président de DéFI.

Réforme ou suppression des provinces

Le parti choisit aussi de limiter la rémunération des mandataires publics avec un plafond de maximum 150% de l'indemnité parlementaire. DéFI y inclut les revenus liés à des activités professionnelles privées.

Quant aux provinces, les fédéralistes proposent d'amorcer une réflexion sur leur réforme, voire sur leur suppression.

Une intercommunale par activité et par province

Une autre proposition porte sur les mandats dérivés qui découlent de la fonction de bourgmestre, d'échevin ou de président de CPAS. Ces mandats ne doivent plus être rémunérés.

Enfin, DéFI s'attaque bien évidemment aux intercommunales. Le parti en veut moins. Il propose une intercommunale par activité et par province.

La rémunération des mandataires est aussi dans la ligne de mire. Elle doit correspondre au maximum du montant d'un jeton de présence au conseil communal.

"Écarter des mandataires inculpés"

Mais d'autres propositions sont avancées par Olivier Maingain : "Il y a par exemple l’obligation d’écarter des mandataires inculpés, il y a l’obligation pour la justice de prononcer des peines d’inéligibilité incompressible pour des mandataires qui ont commis des délits dans l’exercice de leurs fonctions. Il y a des obligations de contrôle renforcé par la Cour des comptes sur la transparence des mandats et des rémunérations et afférents, et ainsi de suite".

Cette feuille de route sera transmise aux autres partis pour les prochaines discussions sur la gouvernance publique.

Articles recommandés pour vous