RTBFPasser au contenu

Musique - Accueil

Décès de Gerard Mortier, disparition d'un géant de l'opéra

Décès de Gerard Mortier, disparition d'un géant de l'opéra
09 mars 2014 à 08:581 min
Par fbru

Ce dimanche 9 mars, nous apprenons la mort de Gerard Mortier, à l’âge de 70 ans. Ce n’est sans doute pas une véritable surprise, après l’annonce récente d’un cancer du pancréas, mais la perte n’en reste pas moins énorme pour le monde de la culture et celui de l’opéra en particulier.

Son arrivée à la tête de la Monnaie, en 1981, a profondément bouleversé la manière de concevoir l’opéra aujourd’hui. Il a convié sur la scène lyrique une fantastique série de créateurs pour lesquels cet univers était peu familier, et révélé de nombreux artistes, dans la fosse comme sur la scène.

Après Bruxelles, il a poursuivi son travail de révolution marquante à Salzbourg, Paris, Madrid ou dans la Ruhr, toujours avec ce même credo : la création est essentielle, la culture est vitale.

Biographie

Né le 25 novembre 1943, Gérard Mortier avait notamment été actif au Théâtre royal de la Monnaie à Bruxelles (1981-1992), au Festival de Salzbourg (1992-2001) mais également à l'Opéra de Paris et au sein du Teatro Real de Madrid, où il était directeur artistique jusque septembre 2013 et conseiller depuis lors.

Connu pour sa franchise et son audace artistique, Mortier a remporté de grands succès à Madrid avec des opéras comme "Cosi fan Tutte" de Mozart, mis en scène début 2013 par le réalisateur autrichien Michael Haneke, ou "A perfect American" de l'Américain Philip Glass.

Visiblement affaibli, il avait tenu à être présent à la présentation de l'opéra "Brokeback Mountain" le 27 janvier dernier à Madrid, qu'il avait commandé en 2008 au compositeur américain Charles Wuorinen. Il avait à cette occasion revendiqué une "programmation politique".


Musiq'3 - Belga

 

Musiq’3 lui rendra hommage samedi prochain, le 15 mars, dans une émission spéciale présentée par Camille De Rijcke.

Articles recommandés pour vous