Regions Namur

Décès d’Antonin après un baptême à Namur : l’autopsie exclut une mort naturelle et privilégie la piste toxicologique

Le procureur du Roi de Namur, Vincent Macq

© RTBF – Benjamin Brone

03 nov. 2021 à 10:43 - mise à jour 03 nov. 2021 à 15:48Temps de lecture2 min
Par O. Grisard & A. Stas

L’autopsie du corps d’Antonin (19 ans), retrouvé mort la nuit du 30 au 31 octobre, lors d’un baptême étudiant organisé par plusieurs hautes écoles de la province de Namur, s’est déroulée mardi soir. Les résultats ne permettent pas encore de déterminer avec certitude les causes de la mort mais permettent d’en exclure, et en premier lieu, une mort naturelle. "Elle exclut aussi une chute ou une forme de violence" a expliqué ce matin, le procureur du Roi de Namur, Vincent Macq.


►►► Mort d’Antonin à Gedinne : la haute école Hénallux suspend les activités de baptême


"Une piste est désormais privilégiée mais doit encore être envisagée avec beaucoup de prudence, c’est la piste toxicologique. Le décès pourrait être causé par l’ingestion d’alcool. A ce stade, ce n’est qu’une hypothèse. Il faudra encore plusieurs semaines avant de connaître avec certitude les causes du décès".

Décès d’Antonin à Gedinne: résultats de l'autopsie (Vincent Macq, procureur du Roi de Namur)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Une certitude pour le procureur du Roi de Namur "l’alcool avait coulé à flots". "Le matin même, un autre jeune a dû être évacué vers un hôpital de la région. De longues heures après les faits, il avait encore un taux d’alcool particulièrement élevé dans le sang (2.9 gr), ceci pose pas mal de questions".

 

Décès d’Antonin à Gedinne: "L'alcool avait coulé à flots" (Vincent Macq, procureur du Roi de Namur)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’organisation des baptêmes pose questions

"S’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions sur le plan pénal, il y a des questions à se poser en général" déclare Vincent Macq. "J’ai entendu parler de fatalité. Quand un jeune de 19 ans décède, il n’y a pas de fatalité. On sait qu’il y a des débordements. Il est temps de travailler dessus. Les responsables de ce genre d’évènement doivent se mettre autour de la table et discuter. Il n’y a pas d’impossibilité de réglementer ce genre de situation".

En 2020, une charte éthique a été établie entre les cercles étudiants et les universités et hautes écoles afin de mieux encadrer les baptêmes. Elle vise à interdire les traitements dégradants, attentats à la pudeur, propos racistes, alcool à profusion ou autres chants sexistes. Cette initiative fait notamment suite à la fermeture d’un cercle de l’UCLouvain en 2018 : le cercle des étudiants en éducation physique, kiné et réadaptation (MAF) avait été fermé et dissolu suite à des traitements dégradants et inhumains, violences physiques et morales, et attentats à la pudeur. Suite à une enquête de la justice, neuf personnes ont été renvoyées au tribunal correctionnel du Brabant Wallon.

La Haute École Hénallux encadrera à l’avenir les baptêmes

Antonin était étudiant à la Haute École Hénallux. Depuis mardi, toutes les activités de baptêmes y sont suspendues. Ce mercredi, suite aux premiers résultats de l’autopsie, Hénallux s’est exprimée sur un futur encadrement des cercles et baptêmes. "Cet accident tragique, nous en avons pris connaissance le lendemain. Nos directions ne savaient pas que ces activités se tenaient de cette manière-là ce week-end-là" a déclaré Jean-Louis Nizet, président du conseil d’administration d’Hénallux. "C’est un problème de ne pas être informé. Ce serait un problème plus grave encore de ne rien faire suite à ce qui s’est passé. Nous sommes déterminés à encadrer les baptêmes avec des chartes, avec des conventions, avec, s’il le faut, des sanctions et des procédures disciplinaires".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous