RTBFPasser au contenu

Journal du classique

Décès d’Anne-Marie Potvin, organisatrice de l’Eté Musical d’Horrues

Eglise de Braine-le-Château où se déroule depuis plusieurs années l’Eté musical, fondé par Anne-Marie Potvin
07 déc. 2021 à 07:561 min
Par Musiq3

Nous avons appris le décès d’Anne-Marie Potvin, directrice fondatrice et artistique du festival de l’Eté Musical d’Horrues. Passionnée par la musique, elle a contribué à faire du festival un événement important dans le paysage culturel belge. En 2008, elle est promue Chevalier des Arts et des Lettres par Madame Christina Albanel, alors ministre de la Culture de la République française.

Christine Gyselings, qui a bien connu Anne-Marie Potvin, nous parle d’elle.

C’était une femme très généreuse et profondément attachée à la musique classique. Elle avait à cœur de partager son amour de la musique avec les mélomanes. Toujours curieuse de nouveaux talents, elle "profitait" de ses nombreux séjours à Paris pour rencontrer les amis et dénicher les jeunes prodiges. L’Eglise d’Horrues (proche de Soignies) fut un écrin parfait pour les premières saisons de concert. L’acoustique et la taille de cette église romane étaient idéales pour accueillir les grands artistes qui ont toujours eu beaucoup de plaisir à venir se produire là au début de l’été. Il est vrai qu’Anne-Marie les recevait avec beaucoup d’élégance, de goût, de distinction et encore une fois de générosité.

On parlait volontiers de l’Eté musical d’Horrues comme d’un petit grand Festival.

Et puis, les difficultés économiques sont arrivées progressivement (désengagement des mécènes, diminution des aides publiques…) et si je ne me trompe pas, décision de la Fabrique d’Eglise de ne plus accueillir les concerts à Horrues, Anne-Marie s’est repliée sur l’Eglise Saint Géry de Braine-le-Comte, ville où elle était domiciliée et où elle a exercé son métier de notaire.

L’Eglise Saint Géry, plus vaste, lui a permis d’organiser des concerts symphoniques, en étroit lien avec l’Orchestre Philharmonique de Liège alors sous l’autorité de Louis Langrée.

La volonté de faire vivre la musique était l’un des vœux les plus chers d’Anne-Marie, et je pense que cela lui a apporté de nombreuses et sincères amitiés avec les artistes.

Articles recommandés pour vous