Regions Liège

Le meurtrier présumé d'Amaury Delrez ne reconnait pas avoir tiré et affirme avoir un "trou noir"

03 oct. 2022 à 08:10 - mise à jour 03 oct. 2022 à 15:19Temps de lecture2 min
Par Benjamin Carlier avec Caroline Adam

Le procès du meurtrier présumé du policier Amaury Delrez s'est ouvert ce lundi à Tongres. Pendant plus d'une demi-heure, le président de la cour d'assises a questionné l'accusé pour tenter de comprendre ce qui s'est passé lors d'un contrôle routier le weekend du Grand Prix de Formule 1 de Francorchamps en 2018. Yvo Theunissen est accusé d'avoir ouvert le feu et tué d'une balle en pleine tête ce policier spadois. Yvo Theunissen est resté sur sa ligne de défense et affirmé qu'il ne se souvenait de rien: il ne reconnait pas avoir tiré sur le policier et affirme avoir un "trou noir".

A la question de savoir pourquoi il cachait une arme dans sa veste, l'accusé a expliqué qu'il était dépressif depuis plusieurs années déjà, qu'il songeait régulièrement à se suicider. 

Le coéquipier d'Amaury Delrez en larmes

Yvo Theunissen était un habitué des Grand Prix de F1. Il y a 4 ans, il était là avec son frère et un ami. Tous les trois avaient été refoulés d'un café, le sorteur avait prévenu la police, Amaury Delrez et son coéquipier étaient arrivés sur place alors qu'Yvo Theunissen montait dans un taxi. L'accusé raconte avoir vu son frère immobilisé par la police, puis plus rien, il affirme avoir repris ses esprits lorsque l'inspecteur qui patrouillait avec Amaury Delrez a riposté.

Le coéquipier d'Amaury Delrez, Ghislain Schils, a d'ailleurs livré un témoignage émouvant et n'a pu retenir ses larmes à plusieurs reprises. Le policier a aussi été visé par deux tirs, une fois a l'abri, il a riposté mais il s'en veut de ne pas être arrivé à défendre son collègue:  "je suis un ancien gendarme, à la gendarmerie on part à deux et on revient à deux, cette nuit-là je suis revenu tout seul". 

La famille du policier abattu espère que la cour d'assises fera toute la lumière

La famille, et notamment les enfants de la victime, espèrent enfin comprendre ce qui a poussé cet homme à ouvrir le feu sur Amaury Delrez. "La question qui revient constamment chez les enfants, c'est pourquoi mon papa est mort, pourquoi lui, pourquoi est-ce qu'il a été tué comme ça?" explique Aurélie Hentiens, la compagne du policier abattu. "Il y a beaucoup de questions pour lesquelles j'essaye d'apporter des éléments, mais il y en a peu auxquelles je sais répondre. J'espère, via le procès, leur apporter des réponses. Mes enfants veulent aussi savoir ce qui va se passer pour le tueur. Là aussi, j'espère pouvoir leur montrer qu'un acte aussi grave ne reste pas sans conséquences."

Le Syndicat National du personnel de Police et de Sécurité annonce également une présence symbolique à l'ouverture du procès ce matin et tous les autres jours de la semaine. Et cela pour dénoncer les actes violents dont les policiers sont quotidiennement les victimes.

Sur le même sujet

Meurtre du policier Amaury Delrez à Spa : Yvo Theunissen condamné à 27 ans de prison

Regions Liège

Articles recommandés pour vous