Santé & Bien-être

De plus en plus d’opérations ne nécessitent plus une nuit à l’hôpital, une bonne nouvelle pour les patients ?

© Getty Images

09 janv. 2023 à 18:39 - mise à jour 13 janv. 2023 à 15:09Temps de lecture4 min
Par Anthony Roberfroid

Parmi les tracas de la vie, un passage par l’hôpital n’est jamais un moment agréable à passer. Un séjour en hospitalisation n’est pas toujours de tout repos et passer une nuit en centre hospitalier, loin de chez soi, peut être désagréable pour de nombreuses personnes. En moyenne, la durée d’hospitalisation dans notre pays est de 7,94 jours en 2020, en augmentation par rapport à 2016 (7,56 jours) selon le média Le Spécialiste.

Pourtant, de nombreuses interventions peuvent faire l’objet d’une "hospitalisation de jour", c’est-à-dire une intervention ne nécessitant pas une nuitée en centre hospitalier. Il est donc possible de rentrer à l’hôpital en matinée avant d’en ressortir plus tard dans la journée, quelques heures après l’opération.

Cela était déjà possible pour de petites opérations comme l’ablation de varices, l’ablation des amygdales chez un enfant ou encore une circoncision par exemple.

Mais la mesure s’est élargie à de nouvelles interventions depuis ce 1er janvier 2023.

Au total, grâce aux techniques d’opérations moins invasives et aux avancées technologiques, ce sont 740 interventions médicales qui ne nécessiteront plus d’hospitalisation classique d’au moins une nuit.

Concrètement, deux listes sont établies par le ministère de la Santé :

  • La liste A regroupe 551 interventions et prestations (contre 246 auparavant) qui peuvent, mais ne doivent pas obligatoirement, être réalisées en hospitalisation de jour. Il est donc possible pour les patients de rentrer chez eux le jour de l’opération s’ils le désirent, en accord avec leur médecin en charge de leur dossier. Parmi les interventions, on y retrouve par exemple les chirurgies de la vésicule biliaire, le placement de prothèse de genoux ou de hanche ainsi que le traitement de l’appendicite.
  • La liste B regroupe 189 interventions et prestations (contre 145 auparavant) qui devraient, dans la mesure du possible, être réalisées en hospitalisation de jour. Pour la plupart des patients, ça sera donc un retour direct à domicile. Il est cependant possible de rester à l’hôpital pour les patients de plus de 75 ans ou souffrant d’une ou plusieurs autres maladies chroniques.

Des économies, à condition de bien se renseigner

Élargir le nombre d’interventions éligibles à l’hospitalisation de jour devrait permettre au gouvernement de réduire le coût des séjours hospitaliers. Du côté des mutuelles et des patients, ce sont les frais d’une journée d’hospitalisation et de séjour qui sont économisés (plusieurs dizaines d’euros pour le patient en fonction des situations). Rester à l’hôpital quelques heures sans y passer la nuit permet aussi de ne pas craquer pour une chambre individuelle, plus chère qu’une chambre commune.

Le retour à la maison est donc possible mais attention cependant aux soins à domiciles et aux différents frais annexes. En effet, les visites de prestataires de soins pourraient être à charge du patient et ce, en totalité ou en partie. Veillez donc à bien vous informer auprès de votre hôpital, de votre mutuelle ou de votre assurance hospitalisation.

Du côté des hôpitaux, ce sont là aussi des frais économisés qui seront réinvestis pour financer davantage les blocs opératoires nous assure-t-on du côté du cabinet du Ministre.

De plus, augmenter les interventions éligibles aux hospitalisations de jour pourrait permettre de prendre en charge davantage de patients en hospitalisation classique. Selon les prévisions, d’ici 2024, 865.207 opérations auront lieu en hôpital de jour (contre 644.000 aujourd’hui) et 478.730 opérations en hospitalisation classique (contre 700.000 aujourd’hui). Cela devrait donc permettre de réduire la pression sur nos soins de santé, qui sont débordés par manque de personnel, mais aussi de fournir une meilleure prise en charge des patients en hospitalisation classique.

Moins de risques d’infection nosocomiale

Réduire le séjour à l’hôpital pourra également permettre de réduire les risques de contracter une infection nosocomiale selon le Cabinet du ministre Franck Vandenbroucke, citant une étude de 2017 révélant que 7,3% des patients hospitalisés ont contracté au moins une infection nosocomiale. Les principales maladies attrapées en hôpital sont des pneumonies (21,6%), des infections urinaires (21,3%) et des infections de plaie postopératoire (16,9%).

Cet aspect sanitaire est positif pour la Ligue des Usagers des Services de Santé (Luss), même si cette dernière se montre prudente : "Il ne faudrait pas que les patients risquent d’attraper d’autres infections à domicile ou des problèmes supplémentaires qui auraient pu être évités s’ils étaient restés en milieu hospitalier", détaille Catherine Grass, la porte-parole de l’ASBL.

Le bien-être du "chez soi"

Dernier argument du Ministère de la Santé : rendre plus agréable le parcours post-opératoire des patients pour qui "la convalescence se déroule souvent bien mieux à la maison". Un avis partagé par de nombreux Belges puisque la majorité des patients préfèrent rentrer rapidement à leur domicile, explique-t-on du côté des mutualités libres et socialistes.

Du côté de la Luss, chaque situation doit cependant être analysée et le choix final doit revenir au patient :"Les patients ont tous une réalité sociale différente. L’hospitalisation de jour et le retour à domicile conviendront à certaines personnes mais pas à d’autres. Pour nous, le plus important est que chaque patient ait les renseignements dont il a besoin pour faire un choix éclairé et que son retour à domicile n’ait pas d’impacts négatifs sur sa santé et son accès aux soins", précise Catherine Grass, qui estime qu’une réévaluation de la mesure et de ses conséquences est nécessaire dans le futur pour savoir si cette solution est pérenne.

Les listes des opérations pouvant être réalisées en hospitalisation de jour :

De plus en plus d opérations possible en hospitalisation de jour

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous à la newsletter Tendance

Mode, beauté, recettes, trucs et astuces au menu de la newsletter hebdomadaire du site Tendance de la RTBF.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous