Belgique

De plus en plus de jeunes pratiquent une activité sportive en Fédération Wallonie-Bruxelles

04 juin 2022 à 14:38Temps de lecture2 min
Par Adeline Louvigny

Le sport occupe une place importante, dans nos vies personnelles via la pratique sportive ou les compétitions, mais aussi à un niveau plus large, social. L’ADEPS (Administration de l’Éducation physique, du Sport et de la Vie en Plein Air), en collaboration avec son homologue flamand Sport Vlaanderen ont ainsi récemment présenté une série d’études détaillant ce rôle du sport à ces différents niveaux de notre société.

Une pratique plus précoce, et qui évolue plus vers des activités libres

Une étude fait le point, à la fois quantitativement et qualitativement, sur l’état des pratiques et attentes sportives au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en comparant avec les données d’études précédentes (1991 et 2006). Ce qui a permis de constater une évolution positive de la pratique sportive des enfants et adolescents : 76% des 6-18 ans pratiquent une activité sportive, soit 10% de plus qu’en 1991, et 6% de plus qu’en 2006.

Alexandre Mouton, professeur à l’ULiège, détaille ces résultats, afin de pouvoir les comparer aux recommandations internationales pour les jeunes, soit une heure d’activité physique par jour : "ils sont 22% à pratiquer au moins deux heures d’activité par semaine, 35% entre 2 et 5 heures, et 21% plus de 5 heures. Donc on est dans la bonne direction, mais ça ne veut pas forcément dire que tous les jeunes pratiquent une activité physique suffisante." L’étude remarque aussi que le temps d’écran dépasse celui des activités sportives très tôt, vers 6-7 ans pour les non-sportifs, et 10-11 ans chez les sportifs. Les loisirs impliquant un écran (TV, jeux vidéo, smartphone, etc.) sont les plus plébiscités parmi les jeunes.

Autre point intéressant en termes d’évolution : la pratique sportive est désormais plus précoce, montre une chute durant l’adolescence, puis remonte à des niveaux plus élevés que lors des études précédentes, vers 16-18 ans.

Evolution de la pratique sportive des 6-18 ans (au moins une activité sportive pratiquée)
Evolution de la pratique sportive des 6-18 ans (au moins une activité sportive pratiquée) Etude ADEPS

"La chute correspond au début de l’adolescence, plus marquée que les enquêtes précédentes, qui peut être expliquée par différents facteurs : changement de centre d’intérêt ou encore la diminution de l’influence des parents. C’est donc un point d’intérêt pour les fédérations sportives, comment maintenir l’intérêt des jeunes dans leur pratique sportive à cet âge."

"On voit aussi que chez les jeunes adolescents que la pratique sportive au sein d’un club est progressivement remplacée par une pratique en dehors des clubs, donc sous forme libre. C’est lié aussi à une tendance sociétale, où d’avantage d’activités sont réalisées dans un cadre non structuré. Le covid a accentué cette évolution. C’est vers 16-18 ans que ce basculement entre pratique en club et libre se fait."

Renforcer la pratique en famille et entre amis

Au cours de la vie, on observe également un shift dans le facteur qui pousse à pratiquer une activité physique : de l’amusement jusque 18 ans, on passe vers le fait d’être en forme et en bonne santé au passage à l’âge adulte. "L’amusement reste présent tout au long de la vie, mais on voit qu’il est progressivement remplacé par des facteurs de santé. D’où l’importance de valoriser cet aspect bien-être pour le sport", relate Arnaud Mouton. Logiquement, l’aspect logistique (horaire, déplacement, finances) devient aussi un facteur prépondérant lors du passage dans la vie active.

Face à ce constat, l’étude a identifié dix recommandations pour favoriser la pratique sportive, avec parmi elles : promouvoir le sport via des outils connectés, encourager la pratique sportive en famille, soutenir le médecin généraliste dans son rôle de prescription d’activité physique, proposer une offre sportive adaptée au public féminin (qui pratique relativement moins de sport par rapport au public masculin) et renforcer la pratique multisport, encore faible chez nous.

Sur le même sujet

Bounce : rendre le tennis, quatrième sport le plus polluant, plus écoresponsable

Journée mondiale sans tabac : Générations sans Tabac appelle les clubs de sport à bannir le tabac de leurs infrastructures

Regions Liège

Articles recommandés pour vous