RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

De nouveaux îlots pour plus de biodiversité à l’Aquascope de Virelles

C’est un lieu qui abrite toutes sortes d’oiseaux, les étangs de Virelles (Chimay), un endroit très prisé des écotouristes. L’Aquascope, installé au sein de la Réserve Naturelle de l’étang de Virelles, a accueilli l’an dernier, 30.000 visiteurs amoureux de la nature. Cet hiver, le site a en quelque sorte fait peau neuve grâce à un subside d’un million et demi d’euros de la Région Wallonne. Des transformations pour le bien de la faune et la flore locale mais qui a ses détracteurs.

L’Aquascope de Virelles poursuit trois objectifs majeurs tout au long de l’année: la conservation de la nature, la promotion de l’écotourisme et l’éducation à la protection de l’environnement par l’entremise de sorties scolaires. Des missions qui séduisent de plus en plus de touristes attachés à la biodiversité.

Aujourd’hui, le site a subi plusieurs transformations avec l’aide de la Région. Un financement qui va notamment permettre d’acheter un bâtiment afin d’y déménager et développer le Creaves qui sert à recueillir les animaux blessés et à les soigner.

25 îlots dans l’étang

Mais l’élément principal de ces transformations, c’est la création d’une série d’îlots (environ 25) qui ont été placés au centre de l’étang et la restauration de la célèbre roselière de Virelles. Ces îlots et cette roselière vont permettre de voir de nouveau biotopes se créer pour toutes sortes d’oiseaux et pour la flore. La nature a même déjà pris possession des lieux comme l’explique Alain Bouchat, le président de Virelles-Nature : "Le principe, c’est qu’un oiseau se sent en sécurité sur une île. C’est cela l’attractivité des îlots. Nous avons donc créé plusieurs sortes d’îlots et ainsi des biotopes différents afin de favoriser l’arrivée d’espèces multiples et nouvelles. La nature a répondu extrêmement vite puisque nous avons déjà une nouvelle espèce nicheuse sur le site qui est l’échasse. C’est exceptionnel. C’est la 101e espèce nicheuse de l'étang".

De nouveaux résidents qui ne sont pas les seuls sur le site puisqu'avec la création des îlots, depuis le début de l’année, l’Aquascope a remarqué une augmentation de 20% du nombre d’espèces supplémentaires, soit 177 espèces dans l’étang et ses environs.

L’Aquascope compte continuer ses transformations. Des travaux vont démarrer pour améliorer l’accès aux personnes à mobilité réduites et aussi permettre au public de loger sur le site.

 

Deux des îlots.

 

Les opposants

Mais les transformations du parc ne plaisent pas à tout le monde. Certains riverains inquiets, estiment que la création des îlots entraînera des inondations plus importantes à l’avenir en cas de crue similaire à celles de juillet 2021. Ils accusent l’Aquascope d’avoir défiguré l’étang et de faire passer les oiseaux avant les gens. Ils dénoncent également une infraction dans l'exécution des travaux qui ont été réalisés dans une zone protégée. 

Des accusations rejetées par la commune de Chimay, la Région et la direction de l’Aquascope pour qui les procédures ont été respectées. Toutes les informations complémentaires nécessaires ont été apportées pour rassurer ces riverains nous dit-on du côté de la commune. Par ailleurs, la direction de l’Aquascope et la commune rappellent qu’il y a eu une enquête publique et qu’à l’époque aucune remarque ou plainte n’a été introduite.

L'inauguration des îlots s'est faite en présence de la Ministre wallonne de l'Environnement Céline Tellier, du bourgmestre de Chimay Denis Danvoye et du directeur de l'Aquascope Vincent Scaillet.
L'inauguration des îlots s'est faite en présence de la Ministre wallonne de l'Environnement Céline Tellier, du bourgmestre de Chimay Denis Danvoye et du directeur de l'Aquascope Vincent Scaillet. © Tous droits réservés

Sur le même sujet

En Irak, les gazelles de Rhim de la réserve Sawa en grand danger

Monde

La guérilla contre le béton en bande-dessinée

Bruxelles Matin

Articles recommandés pour vous