RTBFPasser au contenu

De jeunes réfugiés logés à côté de l'ancien bunker d'Hitler ?

De jeunes réfugiés logés à côté de l'ancien bunker d'Hitler ?
22 déc. 2015 à 15:53 - mise à jour 22 déc. 2015 à 15:532 min
Par Sonia Boulanger

La piste serait envisagée par Fedasil. L’idée viendrait de Théo Franken, secrétaire d'Etat à l'Asile et aux Migrations et fait grincer des dents les autorités communales de Couvin.
Sur le fond du problème, celles-ci se disent bien sûr prêtes à accueillir comme il se doit ces personnes mais c’est la forme qui dérange. " Nous n’avons été prévenus qu’en dernière minute, nous explique l’Echevin du Tourisme, Eddy Fontaine, et encore via un contact informel avec les responsables du CBTJ. Nous ne comprenons pas cette décision. Envoyer ces jeunes là- bas, où ils ne trouveront rien à faire si ce n’est visiter l’ancien bunker d’Hitler, c’est un peu incroyable, non ? "

Perdus au milieu de nulle part

En réalité, les 74 jeunes réfugiés non accompagnés qui viennent de pays en guerre, pourraient arriver le 04 janvier prochain. Mais rien d’officiel n’a encore été confirmé au locataire du bâtiment.

Le locataire, c’est le CBTJ : le Centre belge du Tourisme pour les Jeunes. Un organisme qui dispose de plusieurs gîtes d’étape dans le pays comme celui de Bruly de Pêche. Sa mission première est de proposer du tourisme social aux jeunes mais il est déjà arrivé que les bâtiments soient occupés par des gens qui ne sont ni jeunes, ni touristes.
Sauf qu’ici dans le cas qui nous occupe, le CBTJ n’aurait pas prévenu les autorités communales qui sont quand même propriétaire des lieux.

" Mais nous n’avons pour l’heure aucune information officielle nous confiait Benoit César, le directeur du CBTJ et c’est à Fédasil que revenait le devoir d’informer les autorités communales de Couvin. Je pense que ce dossier est un peu géré de manière indélicate c’est vrai, mais je rappelle que pour l’instant rien n’est fait. Le gite est libre ,oui, mais nous gardons en tête notre mission première : le tourisme social pour les jeunes et pour Pâques, nous avons déjà des réservations " conclut notre interlocuteur.

Cela ne rassure toutefois pas l’Echevin du Tourisme qui s’interroge sur ce qui risque de se passer après le mois de Mars 2016, lorsque la période d’hébergement prévue arrivera à échéance.

La commune a des projets pour y installer des classes de la Mémoire en souvenir de ce qui s’est passé là-bas pendant la seconde guerre mondiale.

Mais, que pourrait-elle intenter comme action si le Fédéral décidait une fois pour toutes que les réfugiés resteront sur place faute d’avoir des places ailleurs ? C’est pour cela aussi que la commune a décidé de consulter séance tenante son notaire et son avocat afin de faire valoir ses droits par rapport à la convention de location passée avec le CBTJ. Quant à savoir si l’idée est opportune d’envoyer ces jeunes réfugiés, non accompagnés et en provenance de pays en guerre, à l’endroit où a vécu l’un des plus grands génocidaire de notre temps, c’est une autre histoire.

Articles recommandés pour vous