Belgique

De faux squelettes de T-Rex proposés à plusieurs dizaines de millions de dollars : une arnaque planétaire

Shen, le T-rex destiné à la mise aux enchères chez Christie’s

© Tous droits réservés

05 déc. 2022 à 13:52 - mise à jour 05 déc. 2022 à 16:00Temps de lecture3 min
Par Lucie Dendooven

C’est une vente chez Christie’s à Hong Kong qui fait couler beaucoup d’encre. Le 30 novembre dernier, la prestigieuse maison Christie’s à Hong Kong devait vendre aux enchères le premier squelette de Tyrannosaurus Rex en Asie.

'Shen', c’est son nom, devait rapporter entre 15 et 25 millions de dollars. Mais quelques jours plus tôt, Christie’s a retiré le lot. Dans un communiqué, le porte-parole de Christie’s, Edward Lewine a expliqué : "Le spécimen devrait bénéficier d’une étude plus approfondie. L’expéditeur a décidé de prêter le spécimen à un musée pour une exposition publique."

Des poussières de fossiles de T-rex et beaucoup de polyuréthane

© Tous droits réservés

En réalité, le retrait de ce squelette de T-Rex vanté par la maison Christie’s comme un 'spécimen de classe mondiale' soulève des questions sur la valeur intrinsèque de ce fossile reconstitué. Plusieurs experts s’interrogent sur le pourcentage d’os fossilisés réellement présents dans le montage présenté.

Pascal Godefroit, paléontologue à l’Institut des sciences naturelles à Bruxelles s’étonne : "Il y a deux ans, nous avons été approchés par un Américain qui nous proposait d’exposer chez nous un squelette de T-rex de manière temporaire. Il nous a fait signer un ‘undisclosure agreement’qui nous empêchait de révéler son nom. Nous avons eu une conversation on line avec lui. Les documents qu’il nous envoyait, attestaient qu’il s’agissait d’un squelette de T-Rex complet à 70% . Dans le rapport qu’il nous soumettait, il y avait des noms de spécialistes. Je connaissais très bien l’un d’eux ainsi que le préparateur. Je les ai contactés et ils m’ont révélé que le pourcentage d’os fossilisés véritables dans ce T-Rex n’était pas supérieur à 10%. Nous avons donc décliné la proposition. Vous savez, c’est un peu comparable à l’histoire d’un inconnu qui trouve un Léonard de Vinci dans son grenier. On ne peut pas s’empêcher de vérifier !"

Deux ans plus tard, Pascal Godefroit découvre 2Shen, un T-Rex très semblable au sien en vente chez Christie’s. Le rapport d’expertise cite les mêmes noms. Il décide donc de contacter la maison Christie’s pour obtenir de plus amples informations. Il n’en recevra pas. Par contre, Christie’s a retiré le T-Rex de la vente.

Car, entretemps, un avocat du Black Hill’s Institutte, une société de fossiles du Dakota du Sud a aussi contacté Christie’s au sujet de similitudes entre Shen et un autre squelette de T-Rex, nommé Stan, que Christie’s avait vendu en 2020 pour une somme record de 31,8 millions de dollars.

Le Black Hills Institute a conservé les droits de propriété intellectuelle sur le spécimen Stan. Cela veut donc dire qu’il peut continuer à vendre des moulages en polyuréthane peints du squelette vendu par pièce à 120.000 dollars.

Une copie de Stan est d’ailleurs visible au musée des sciences naturelles de Bruxelles, exposée comme une copie et acquise légalement. Peter Larson, le Président du Black Hills Institute, interrogé par le New York Times, est convaincu en identifiant plusieurs similitudes entre le crâne de Stan et celui de Shen que son propriétaire utilise un moulage de Stan pour compléter les os d’origine.

Des petits frères siamois de Shen

Peter, le T-Rex présent au musée d’Auckland
Peter, le T-Rex présent au musée d’Auckland © Tous droits réservés

En fouillant un peu, Pascal Godefroit et plusieurs de ses confrères internationaux ont pu identifier sept squelettes de T-Rex aux dossiers tous similaires et signés toujours des mêmes noms. Pascal Godefroit ironise : "Il y aurait donc un troupeau de T-Rex découvert très récemment !!! Ou alors, il s’agit à chaque fois de copies contenant des poussières de fossiles de T-Rex. Donc au lieu d’un seul Leonard de Vinci retrouvé dans un grenier de grand-mère, nous en avons sept."

Depuis que Shen a été refusé aux enchères, un nouveau T-Rex est, en effet, apparu dans un musée d’Auckland en Nouvelle-Zélande. Mais ce T-rex-là s’appelle Barbara. C’est donc une femelle. Cette Barbara est allée rejoindre un camarade de classe qui s’appelle Peter et lui ressemble comme deux gouttes d’eau. A chaque fois, on remarque des petites différences d’allure mais ils sont toujours très semblables. Et fort proches, dans leur posture, de Stan.

Retrait précipité

Plus proche encore. Le musée des Confluence à Lyon devait présenter à partir du 16 décembre prochain, un spécimen de T-Rex prénommé Ryker. Présenté à la presse comme un squelette fossilisé à 73% complet, Ryker est considéré comme le quatrième Tyrannosaurus rex le plus important jamais découvert. Rétropédalage, il y a quelques jours, le musée a renoncé à exposer Ryker au grand public alors qu’une salle spéciale lui avait été entièrement dédicacée. Nous avons contacté le service presse du musée pour en connaître les raisons mais celui-ci ne veut faire aucun commentaire sur ce retrait précipité.

De soi-disant squelettes fossilisés de T-Rex, soit vendus aux enchères, , soit exposés temporairement dans de prestigieux musées pour qu’ils acquièrent de la respectabilité. Tous les moyens sont bons pour commercialiser, désormais, les fossiles de dinosaures. Jamais dans le monde de la paléontologie, une telle arnaque à un niveau mondial, n’avait été constatée.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous