RTBFPasser au contenu

Emploi

Dans le nouveau monde du travail, faire une pause dans sa carrière professionnelle devient un atout

Dans le nouveau monde du travail, faire une pause dans sa carrière professionnelle devient un atout
08 mars 2022 à 09:002 min
Par RTBF avec AFP

Longtemps considérées comme taboues ou mal vues dans le monde du travail, les pauses professionnelles ne sont plus forcément perçues d'un mauvais œil. La pandémie de Covid-19 et ses conséquences ont modifié la façon dont les recruteurs considèrent ces salariés. Le regard sur ces pauses change et avec lui, les valeurs du monde du travail.

1 travailleur sur 2 a fait une pause

Maladie, burn-out, deuil, congés parentaux, changement de carrière… Les raisons de mettre en suspens sa carrière sont multiples et parfois indépendantes de notre volonté. Mais lorsqu'il s'agit de retourner sur le marché du travail, comment expliquer au recruteur ce "trou dans le CV" ?

Selon une étude à grande échelle menée par Censuswide aux côtés du réseau social professionnel LinkedIn, sur plus de 22.000 travailleurs et 4.000 managers du monde entier, plus de la moitié ont déjà fait une pause dans leur carrière professionnelle. Parmi eux, les femmes mettent plus fréquemment leur carrière entre parenthèses. Près de 64% d'entre elles ont interrompu leur carrière pour un congé parental, médical ou pour des raisons de santé mentale.

Jusqu'ici, les arrêts de carrière pour prendre soin de soi, travailler sur des projets personnels ou dédier son temps à de l'humanitaire n'étaient pas recommandés car mal perçus par la hiérarchie.

"Un vivier de talents inexploité"

D'un point de vue pratique, une chronologie sans trou permet d'éviter d'être "blacklisté" par les intelligences artificielles qui trient les CV aujourd'hui.

Mais les recruteurs comme les travailleurs semblent se détacher de ce tabou.

"La bonne nouvelle, c'est que le sentiment relatif à l'interruption de carrière évolue positivement : 46% des responsables du recrutement pensent que les candidats ayant interrompu leur carrière constituent un vivier de talents inexploité", écrit Camilla Han-He, chargée de produit chez Linkedin, dans un article disponible sur le réseau social.

La pandémie a fait bouger les choses. Elle a marqué de son empreinte le monde de l'entreprise. Plusieurs études ont révélé une hausse de l'épuisement professionnel, ou encore la perte de sens et de satisfaction au travail. Aux Etats-Unis comme en Belgique, certains secteurs comme l'hôtellerie, la restauration ou encore le milieu hospitalier ont connu des départs massifs. 

Si les mentalités au sein des entreprises (et celles des recruteurs) évoluent vers une prise de conscience plus précise des besoins de bien-être chez les salariés, peut-être que les congés sabbatiques et le temps dévolu aux projets personnels seront vus d'un meilleur œil et mieux intégrés dans une carrière.

Une expérience à faire valoir auprès des employeurs

Ce changement s'illustre à travers plusieurs signaux. Depuis le 1er mars, le réseau social LinkedIn a introduit une nouvelle fonctionnalité pour signaler et préciser un "arrêt dans sa carrière". 

Dorénavant, les utilisateurs peuvent ajouter cette mention au même titre que toute autre expérience de travail dans une entreprise. En décrivant les raisons de cette pause (s'occuper des enfants, prendre du temps pour réfléchir à un changement de carrière ou simplement prendre soin de soi), les utilisateurs donnent des précisions pour les recruteurs.

Un aspect que les managers recommandent d'aborder. Selon l'étude Linkedin, 52% des responsables de recrutement pensent que les candidats devraient évoquer leur pause lors de l'entretien et expliquer ce qu'ils ont appris durant cette période.

Plusieurs entreprises se penchent vers des profils ayant interrompu leurs carrières. La banque Wells Fargo a récemment fait parler d'elle en lançant un programme pour relancer les carrières des travailleurs dits "seniors" (7 ans d'expérience) s'étant arrêtés volontairement pendant deux ans ou plus.  

Sur le même sujet

08 avr. 2022 à 09:30
2 min
17 mars 2022 à 12:00
1 min

Articles recommandés pour vous