RTBFPasser au contenu
Rechercher

Dans la peau d'un enquêteur face à la criminalité "en col blanc"

20 juin 2020 à 10:00 - mise à jour 22 juin 2020 à 13:33Temps de lecture2 min
Par Laurent Van de Berg

Il est policier mais ne porte pas d’uniforme. Son travail, il le débute dans son bureau par des recherches. Analyses de comptes bancaires, de documents. Recherche dans le registre national, dans les bases de données des sociétés belges, dans celle des immatriculations de véhicules. Mais il faut aussi décrypter les informations reçues de partenaires externes comme les banques.

Ce n’est qu’après cette préparation que Dominique Herkens, enquêteur financier à la police judiciaire de Liège, commence ses auditions. "En général, on connaît 80% des réponses que le suspect nous donnera. C’est un travail très différent que de prendre quelqu’un en flagrant délit." explique-t-il.

Lui est spécialisé dans les affaires de blanchiment. Dans sa division, on compte trente-cinq enquêteurs, pour cinquante il y a encore quelques années. "Nos enquêteurs ont tous une spécialisation, que ce soit en matière comptable, fiscale, de législation TVA, en droit des sociétés, en matière de fraudes aux subsides ou avec une connaissance de la législation des marchés publics." explique Philippe Gillon, chef de division Ecofin et premier commissaire à la PJF de Liège.

Dominique Herkens est spécialisé dans les affaires de blanchiment d'argent
Dominique Herkens est spécialisé dans les affaires de blanchiment d'argent RTBF

"Frapper le portefeuille, ça fait très mal !"

La police judiciaire fédérale de Liège est divisée en trois sections. La première s’occupe de tout ce qui est fraude fiscale et sociale, du crime organisé. La deuxième se charge des escroqueries internationales et des escroqueries internet, qui ont doublé depuis la crise du Covid-19. "La troisième section, c’est celle qu’on appelle – récupération du butin - et traite des dossiers de blanchiment notamment." ajoute Philippe Gillon.

Il y a aussi les affaires de corruption, de prises d’intérêts, de faillites graves et organisées et les affaires politico-financières comme Nethys/Publifin qui a été pris en charge par ces mêmes services.

14.000 procès-verbaux et un demi milliard d’euros récupérés en trois ans par la PJF de Liège
14.000 procès-verbaux et un demi milliard d’euros récupérés en trois ans par la PJF de Liège RTBF

"On peut toujours faire mieux !"

À Liège, on réalise en moyenne 250 enquêtes par an. Sur les trois dernières années, celles-ci ont généré 150 arrestations, 13.000 à 14.000 procès-verbaux et la récupération de préjudices immobiliers et mobiliers à hauteur d’un demi-milliard d’euros sur l’arrondissement de Liège-Huy-Verviers.

En 2018, 14 milliards ont été récupérés en Belgique : la pointe de l’iceberg très certainement. Selon Europol, 98,9% des profits criminels passent encore entre les mailles du filet.

Les enquêtes débutent sur base de dénonciations

"Il existe en Belgique la CTIF, la cellule de Traitement des Informations Financières. Elle reçoit des dénonciations des partenaires financiers, des banques, des notaires, des huissiers, des avocats qui aident leurs clients à créer une société. Il s’agit d’un rôle préventif de la loi blanchiment. S’il y a fraude, la CTIF fait un rapport qui est envoyé au Parquet. Une enquête est alors diligentée." explique Dominique Herkens, enquêteur financier.

Les enquêtes sont soit de longue haleine, soit très rapide. Tout dépend du temps nécessaire pour récupérer des informations venant de l’étranger ou parfois de paradis fiscaux. "On s’adresse aux paradis fiscaux comme on s’adresse à d’autres pays via une commission rogatoire. On interpelle aussi Eurojust, Interpol ou Europol. Ces pays répondent ou ne répondent s’ils ont signé ou non des accords bilatéraux avec la Belgique. Globalement, on ne peut pas dire d’emblée que le paradis fiscal ne répond pas. La difficulté, c’est parfois le timing." conclut l’enquêteur liégeois.

Dans la peau d'un enquêteur face à la criminalité "en col blanc"
Dans la peau d'un enquêteur face à la criminalité "en col blanc" © Tous droits réservés

Articles recommandés pour vous