RTBFPasser au contenu

Cinéma - Belge

“Dans la maison” : tout sur ma mère

“Dans la maison” : tout sur ma mère

Dans un documentaire intimiste, Karima Saïdi confronte sa mère qui souffre de la maladie d’Alzheimer à ses souvenirs.

 

"Dans la maison" donne une impression contradictoire : celle de voir un film très pudique, mais aussi particulièrement impudique. Pudique parce que la cinéaste Karima Saïdi ne filme jamais directement celle qui est le sujet de son documentaire, Aïcha, sa mère. Cette dernière apparaît occasionnellement au travers d’images fixes mais on la découvre davantage avec les multiples photos de famille qui jalonnent le film, et surtout grâce à des enregistrements audio qui nous révèlent de nombreux éléments de sa vie. Ne jamais voir en mouvement cette femme qui souffre de la maladie d’Alzheimer semble approprié, comme une manière de la figer dans le temps. Il y a une certaine retenue dans cette approche de la réalisatrice qui paraît nécessaire et adéquate. Filmer ses proches n’est pas évident, filmer un proche souffrant l’est encore moins.

Si on peut qualifier le documentaire d’impudique, c’est parce que les questions de Karima Saïdi scrutent un passé que sa mère ne veut ou ne peut pas ressasser. La cinéaste, visiblement désireuse de reconstruire leur relation après des années de séparation et de non-dits, n’a de cesse de replonger sa maman dans des souvenirs douloureux. On y découvre l’histoire jalonnée de tragédies et d’épreuves de cette femme célibataire, immigrée marocaine dans la Belgique des années 70 et mère de 4 enfants. Le processus est difficile, parfois gênant, pour Aïcha comme pour Karima. Il est aussi émouvant.

Malgré le rythme assez lent du film, on sent qu’il y a une certaine urgence dans la démarche de la réalisatrice, qui n’a de cesse de demander à sa mère "Qui suis-je ?" avant que la maladie n’efface la réponse. C’est une question que la cinéaste semble aussi se poser à elle-même. De Bruxelles à Tanger, elle retrace sa propre histoire, inextricable de celle de sa famille. Portrait d’une femme et autoportrait d’une autre, "Dans la maison" nous offre quelques fragments d’un passé qui s’estompe. C’est peu, mais c’est déjà beaucoup.

 

"Dans la maison" est sorti dans les salles belges le 23 juin.

Loading...

Articles recommandés pour vous