RTBFPasser au contenu

Entrez sans frapper

Daniel Prévost sur "Le Dîner de cons" : "Francis Veber a perçu une image de moi que je ne connaissais pas"

Daniel Prévost pour son livre "Autobiographie de moi par moi"

Entrez sans frapper

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le comédien et humoriste français Daniel Prévost était invité dans Entrez Sans Frapper. À 82 ans, il jette un regard dans le rétro sur sa vie dans son Autobiographie de moi par moi.

Acteur truculent et humoriste inoubliable, Daniel Prévost a amusé plusieurs générations depuis les années 60.

De ses chroniques du Petit Rapporteur au triomphe du Dîner de cons, il se dévoile comme rarement dans son Autobiographie de moi par moi. Bien plus qu’un acteur de talent, Daniel Prévost cache aussi par son rire inimitable, la face d’un homme plus sensible, marqué par un lourd passé familial. Électron libre du cinéma français, avec son franc-parler, il analyse le 7e art comme la représentation filmée de la lutte des classes, évoque son amitié avec Jean Yanne, ou encore ses inimitiés profondes avec Philippe Bouvard et Jacques Martin.

Un rôle taillé pour lui dans "Le Dîner de cons" ?

La consécration arrive en 1998. Le Dîner de cons fait plus de 9 millions d’entrées. Daniel Prévost obtient le César du meilleur second rôle. Avait-il flairé le bon coup comme son personnage de Lucien Cheval, contrôleur du fisc antipathique et procédurier ?

C’est le réalisateur qui a tout de suite pensé à ce rôle pour l’acteur. Mais ce dernier n’imaginait pas qu’il était taillé pour lui. "En lisant le scénario j’ai trouvé que c’était formidablement écrit. Je ne connaissais pas Francis Veber. C’est lui qui m’avait téléphoné, j’ai donc reçu le scénario par mon agent et je me suis dit qu’il fallait absolument que je le joue. Jusqu’au premier jour de tournage, un soir où je me préparais dans la loge du tournage, je ne l’avais pas rencontré. Lui me connaissait par les choses que j’avais déjà tournées, par image interposée. C’est ce que je trouve assez étonnant : il a perçu vraisemblablement une image de moi que je ne connaissais pas".

DOMINIQUE FAGET / AFP

Articles recommandés pour vous