RTBFPasser au contenu

Belgique D3 Prom

D3A Acff : Gosselies rappelle trois anciens pour l’opération maintien

Le président Francesco Scimemi veut garder Gosselies sur la carte nationale
18 janv. 2022 à 15:303 min
Par Philippe Bughin

A douze ou quatorze matches du finish, à côté de Stockel engagé dans une mission impossible, le PAC Buzet, Gosselies et le RCS Brainois sont au taquet pour garder un avenir en série nationale.

Dans une série D3-A à 15 équipes, seuls les 15 et 14e sont descendants directs, le 13eme étant barragiste.  Mais il faudrait deux descendants francophones de nationale 1 pour que le perdant de ce test match soit poussé en première provinciale. Peu probable, semble-t-il à ce stade !Le sort du FC Stockel (3 points), seule équipe de séries nationales avec Koersel côté néerlandophone à n’avoir pas encore remporté un match cette saison apparaît scellé.

En coulisses, une médiation ayant échoué fin de l’année 2021, la bagarre fait toujours rage entre deux clans d’administrateurs, celui emmené par Didier Deweerdt attendant avec impatience le prononcé en référé d’un jugement pour gestion dite défaillante, appelé à tomber au plus tard avant les premiers jours de février.

"L’entraîneur Amaury Toussaint (ex-Waterloo) et quelques renforts sont en attente si le club change de présidence. Si cela reste en l’état, j’imagine qu’on préparera déjà le prochain exercice puisque je constate que quatre ou cinq U19 (et aucun gardien du noyau A de départ) étaient sur la feuille lors du dernier amical."

Le PAC Buzet (10), Gosselies (10 points, mais deux matches de moins), le RCS Brainois (15) et la J.Tamines (18) veulent donc coûte que coûte éviter le deuxième siège descendant à coup sûr.

"On joue bien entre les deux rectangles, mais c’est plus compliqué lorsqu’on est dans le nôtre ou dans celui de l’adversaire analyse l’entraîneur Roch Gérard, dont l’équipe, le PAC Buzet compte le plus grand nombre de nuls (7) dans la série. Je compte sur Martin Hellas et Lucas Bonomini, trop souvent sur la touche au premier tour pour redresser la barre lors des douze derniers matches. Mon milieu de terrain Gregory Descotte, victime de soucis cardiaques en début de saison semble remis sur de bons rails. Les renforts ont été faits l’été dernier en début de championnat. Il faudra donc laisser deux équipes derrière nous avec le noyau actuel."

A Gosselies, il n’y aura pas non plus de joker(s) hivernal-aux. "Depuis que le coach Benoît Paulet est arrivé en automne, on prend des points, note le président Francesco Scimeni, enclin à faire resigner le successeur sur place d’Olivier Suray au plus vite. Ce sera chaud jusqu’au bout, mais nous avons décidé avec le staff de la D3 de faire monter trois " anciens " de la P3 pour donner une touche d’expérience en plus pour la lutte finale. Les flancs offensifs Fabrice Caruana, David Passalacqua et Roney Baynon ont la mentalité pour nous aider à rester en série nationale."

La Jeunesse fera sans le trio Gatta, Morici, Mathy, mais avec Duchesne

Théo Duchesne arrive à la JS Tamines via le noyau espoir de la Raal

Du côté du RCS Brainois, Olivier Suray et le manager Henry Pensis cherchent toujours, sans le crier sur tous les toits un défenseur central et un attaquant pour renforcer un noyau qui vient de perdre l’arrière gauche Sergio Aragone, victime d’un problème aux ligaments du genou.

Comme l’équipe brabançonne, la Jeunesse Tamines, qui a perdu définitivement Fabio Gatta et Mirko Morici, passés à autre chose, mais aussi Basile Mathy, opéré des croisés devrait très vite s’éloigner de la zone rouge.

Le nouvel entraîneur Antonio Rosa (ex-Olympic de Charleroi) a pu accueillir en ses rangs le latéral offensif Théo Duchesne, en test depuis deux mois chez les Allous.
Celui-ci s’est libéré du noyau des Espoirs de la Raal, après une formation au Sporting de Charleroi.

En retrouvant les précieux Pino Rossini, Christophe François, Romain Depamelaere, Petar Bojovic et Quentin Piret, tous sur le carreau depuis de longues semaines, l’équipe pourrait même avoir son mot à dire dans la conquête de la prochaine tranche. " Croisons les doigts pour que la scoumoune soit définitivement sortie du noyau conclut le président Ludovic Morici. Le nouvel entraîneur est en train de mettre en place un bel échiquier. Il n’oubliera pas les forces qui viennent de notre vivier en interne. On est d’accord sur la ligne de conduite à suivre. Pour moi, on peut déjà se mettre à table pour une prolongation de contrat en 2022-2023."

Articles recommandés pour vous