RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tour de France

Cyclisme – Parcours du Tour de France 2022 : "On vise le sensationnel", analyse avec notre consultant Gérard Bulens

14 oct. 2021 à 16:30Temps de lecture4 min
Par Jérôme Helguers avec Vinh Dang

Les organisateurs du Tour de France 2022 ont dévoilé les détails du parcours de la prochaine édition de la Grande Boucle. Un départ du Danemark, un passage sur les pavés, une visite en Belgique ou encore cinq arrivées au sommet. Le menu proposé est particulièrement alléchant et mérite bien une analyse un peu plus profonde. "Ce Tour de France vise le sensationnel", résume notre consultant Gérard Bulens.

Ce qui saute effectivement aux yeux après cette présentation du Tour de France c’est la diversité de terrains proposés. La plaine exposée au vent au Danemark, le nord de la France et ses pavés, des pentes très raides sur la Super Planche des Belles Filles, cinq arrivées au sommet ou encore un dernier chrono individuel de 40 kilomètres.

"L’organisateur a pensé à construire un tour dynamique et intéressant pour le téléspectateur. Il y a de quoi avoir de grands moments et de grandes sensations sportives. C’est vrai que les trois dernières éditions du Tour étaient très spectaculaires, mais c’est encore exacerbé pour 2022. J’ai le sentiment qu’on a voulu encore redonner un certain dynamisme complémentaire. Sur les trois derniers Tour de France, on a eu des moments très prenants, mais grâce aux coureurs et à la manière dont ils ont fait la course. Ici, ce parcours 2022 va les obliger à être attentifs et dynamiques pendant toute la course", se réjouit Gérard Bulens.

La carte du parcours du Tour de France 2022.
La carte du parcours du Tour de France 2022. ASO

Premier danger du parcours : le Danemark et son vent du bord de mer

On se promène sur la carte de ce Tour avec notre consultant Gérard Bulens. Premier arrêt sur ce grand départ danois. "Ça s’annonce dangereux car on sait qu’il y a de grandes passerelles, de longs ponts à franchir. Quand on est proche de la mer, il y a beaucoup de vent. On pourrait déjà avoir à cet endroit une étape mouvementée. Ça fait penser aux courses qui se déroulent en Zélande (aux Pays-Bas). Ce type de parcours peut provoquer des bordures, de la nervosité et donc des chutes. Je pense qu’il y aura déjà du spectacle au Danemark", estime Gérard.

Gare aux chutes et crevaisons sur les pavés

Après les trois premiers jours au Danemark, le peloton observera déjà une première journée de repos, ou plutôt de "transfert" comme le dit l’organisation. La course reprendra depuis le nord de la France avec une étape casse-pattes entre Dunkerque et Calais. Et puis ce seront les fameux pavés. Départ de Lille et arrivée à Arenberg avec seulement 155 km au programme, dont 20 km sur les pavés. La célèbre Trouée ne sera pas empruntée mais il y aura 11 secteurs dont plusieurs inédits, jamais visités par Paris-Roubaix.

"On recherche le spectacle et la sensation, on le sait. Mais à titre personnel, je ne suis pas 'pour' ce genre d’étape. Si, par hasard, la météo est mauvaise, on a vu ce que ça pouvait donner en octobre. Le passé a démontré que des candidats à la victoire pouvaient être éliminés dans ces tronçons pavés. Oui c’est magnifique pour les spectateurs et téléspectateurs, mais ça ne l’est pas pour les coureurs. Je suis donc un petit peu 'contre'. Il faut espérer que les organisateurs ont choisi des secteurs moins compliqués et plus roulants. Je trouverais ça malheureux et dommageable que des coureurs qui luttent pour le général soient éliminés sur ces pavés".

Le Tour visitera la Belgique grâce à Binche

Les organisateurs du Tour ont pensé à notre pays dans cette édition 2022 en offrant une petite praline au public belge. Après les pavés, la 6ème étape s’élancera de Binche. 70 kilomètres sur les routes belges dans la botte du Hainaut, avant de retourner en France où une arrivée en côte attendra les puncheurs à Longwy.

"Les supporters belges seront au bord de la route, c’est une bonne chose. Il y a un mariage et une vraie fidélité entre la Belgique et le Tour. Pour les coureurs belges c’est un élément de motivation très important. Ces dernières années, Binche est devenu en quelque sorte la ville du cyclisme en Wallonie. L’organisation et le bourgmestre de Binche sont en symbiose. La Grand Place offre aussi un très très beau site pour une compétition cycliste. C’est vraiment une affaire de fidélité", estime notre consultant.

Super Planche, Alpe d’Huez, Granon, Peyragudes et Hautacam : le Tour des arrivées au sommet

Ensuite, les coureurs seront déjà au pied du premier massif avec l’arrivée, dans les Vosges, à la Super Planche des Belles Filles. Comme en 2019, quand le Belge Dylan Teuns s’était imposé, les coureurs iront donc sur la portion de route supplémentaire, très raide et non asphaltée. "C’est une arrivée particulière et exigeante avec ces derniers mètres en terre. Là on risque d’avoir une prise de pouvoir des bons coureurs et qui mettront une première option sur la victoire finale. Ce serait dommage mais il est possible de déjà voir quelqu’un assommer la course comme Tadej Pogacar l’a fait cette année en tout début de Tour de France".

Cette édition est celle des arrivées au sommet. Après la Super Planche des Belles Filles, le peloton attaquera les Alpes par un passage en Suisse, une étape pour les puncheurs du côté de Megève et puis deux arrivées en haut d’un col : l’Alpe d’Huez et le col du Granon (près de Serre Chevalier). "Ici, le Tour sera véritablement lancé. Dans ces arrivées au sommet, les meilleurs grimpeurs pourront faire des différences et offrir de belles bagarres pour les victoires d’étapes".

Après la traversée par le Massif Central, le Tour visitera les Pyrénées via deux temps forts : les montées vers le terrible mur de Peyragudes et vers Hautacam. "Par rapport aux éditions précédentes, il y a davantage d’arrivées au sommet et finalement c’est ce que les gens demandent. Un sommet placé à 15 kilomètres de l’arrivée avec une longue descente permet à certains coureurs de rentrer. Le grand public veut de la bagarre jusqu’à la fin, sur des pentes avec arrivée au sommet. Moi, c’est ce qui me passionne le plus", confie Gérard Bulens.

Cyclisme : le Tour de France 2022 a dévoilé son parcours. Dans les studios de la RTBF, notre consultant Gérard Bulens analyse le tracé.
Cyclisme : le Tour de France 2022 a dévoilé son parcours. Dans les studios de la RTBF, notre consultant Gérard Bulens analyse le tracé. RTBF

Articles recommandés pour vous